L'Antichrist enfin démasqué !

Qui est vraiment l'Antichrist ?

Découvrez-le rapidement en lisant l'article "L'Antichrist identifié" et "Le nombre de son nom" puis téléchargez gratuitement le livre "Semence de Satan" disponible en plusieurs langues ci-dessous :

Semence de Satan : version française (PDF) - version française (texte ci-dessous)

Seed of Satan : english version (PDF)

Semilla de Satanás : versión española (PDF)


 

Semence de Satan

 Par : Martel Trevor

© Copyright 2008 - Martel Trevor Ministries. Tous droits réservés.

Traduction française du 20 juillet 2012 par www.revelation2012.ch autorisée par l'auteur.

 


Table des matières

1.     Satan a une semence

2.     Le fils de Satan

3.     Chercher un mort parmi les vivants

4.     Un monde dans la tourmente

5.     Départ !

6.     Le diable est dans les détails

7.     Berger de l’idole

8.     Acceptation et rejet

9.     Le mystère du 666

10.   Démasquer la Bête

11.   Le grand Antichrist final

12.   Un léopard peut-il changer ses taches ?

13.   Le retour de l’Antichrist

14.   Résoudre l’énigme

15.   L’histoire des 2 léopards

16.   L’homme de péché

17.   Pas si grand que ça

18.   Par leurs fruits

  


 

Dédicace

 

Ce livre est dédié à la gloire de mon Père céleste, à mon Seigneur, Jésus le Christ, et à Son Saint-Esprit qui l’a révélé.

A mon cher papa, William, qui est «présent avec le Seigneur», des lèvres duquel j’ai pour la première fois entendu le mot «Antichrist».

A ceux qui ont faim et soif de Vérité, ce livre a été écrit pour votre satisfaction.

Notes du traducteur : afin de préserver la profondeur et la pertinence du texte original de ce livre, j’ai pris soin de traduire certains versets en m’appuyant sur les versions anglaises présentées par l’auteur. En effet, l’utilisation d’une version française unique aurait rendu difficile la compréhension de cette étude.

 


Chapitre 1


 

Satan a une semence

 

Vous connaissez déjà l’Antichrist.

Vous ne savez tout simplement pas qu’il est l’Antichrist…

Vous avez déjà entendu parler de l’Antichrist, n’est-ce pas ?

Ce sinistre personnage qui apparaîtra soudainement au devant de la scène mondiale, l’incarnation ultime du Mal, manifestant d’impressionnants pouvoirs surnaturels et prenant le contrôle du monde entier ?

Sa venue est prophétisée dans le premier livre de la Bible :

Genèse 3 : 14-15

Alors l’Éternel Dieu dit au serpent : parce que tu as fait cela, tu seras maudit... tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras la poussière tous les jours de ta vie. Et je mettrai inimitié entre toi (serpent, Satan) et la femme, et entre ta semence et la semence de la femme ; cette semence te brisera la tête, et tu lui briseras le talon.

Mais de quoi peut donc parler la Bible lorsqu’elle fait référence à la «semence du serpent» ?

Il ne s’agit pas tant de «quoi» mais plutôt de «qui». Ce verset ne parle pas d’un objet mais d’une personne spécifique.

Les femmes n’ont pas de semence. Dès lors, ce verset, référencé par les théologiens comme le proto-évangile, indique que Dieu va mettre surnaturellement sa semence incorruptible dans le corps de la femme. De même, Satan va déposer sa semence corrompue, engendrant sa propre descendance corrompue. Ces deux semences, celle de Dieu et celle de Satan, s’opposeront l’une à l’autre.

Le résultat final de cette inimitié est prédit clairement : la semence (de Dieu) de la femme écrasera la tête de la semence du serpent.

Satan est un faussaire. Il contrefait donc tout ce qui est divin. Dieu a des enfants, le diable également. Dieu a une semence, Satan en a aussi une.

Les enfants de Dieu sont légitimes, ceux de Satan sont illégitimes. Ce sont des bâtards, au sens propre comme au figuré.

La semence de Dieu, c’est Jésus. Celle de Satan est mentionnée dans la Bible et porte divers titres tels que l'«homme de péché», le «méchant», le «fils de perdition», la «Bête» ou encore «faux christ». Mais pour des raisons évidentes, le titre qui colle le mieux à la peau de cet individu, c’est celui d’«Antichrist».

Le moment de sa venue approche à grands pas. Il est donc plus que temps de s’intéresser à cet individu afin de découvrir avec qui le monde aura affaire faire dans un futur très proche.


Chapitre 2


 

Le fils de Satan

 

Toutes les grandes religions qui existent aujourd’hui sont basées sur la vie et l’enseignement d’un individu prétendant être «éclairé», «prophète de Dieu» ou «Fils de Dieu».

A certains moments de l’Histoire, des individus sont apparus en se donnant ces titres. Ils ont gagné en popularité, attiré des milliers de fidèles et laissé un héritage religieux, pour le meilleur ou pour le pire.

Toutefois, aucun individu n’a prétendu être le Fils de Satan, du moins pas avec des arguments convaincants. Aussi fou que cela puisse paraître, un tel homme est sur le point de se manifester.

Bien entendu, il y a eu certains esprits dérangés, tels Aleister Crowley ou Charles Manson, qui ont prétendu être l’incarnation du Mal ou posséder des pouvoirs surnaturels. Mais leur crédibilité est sujette à caution. Ils ont enrôlé peu d’adeptes et n’ont pas démontré de pouvoirs surnaturels indiscutables. L’Antichrist, lui, fera les deux.

La séparation entre Église et État sera bientôt de l’histoire ancienne. Une religion unique sera instaurée. Elle sera sanctionnée par le gouvernement et basée sur l’œuvre et la doctrine du Fils de Satan. Cela aura un immense impact sur la vie de tous les êtres humains.

Contrairement à ses prédécesseurs religieux, dont les enseignements ont prospéré surtout après leur départ, la religion de l’Antichrist sera imposée durant son règne à tous les êtres humains, sans considération de genre, de statut économique ou de nationalité.

Nombreux sont ceux qui ont essayé, au fil des siècles, d’identifier le Fils de Satan, ou Antichrist, mais ils ont tous échoué.

Au 1er siècle avant Jésus-Christ, beaucoup ont attribué ce titre à l’Empereur Néron.

Rien que dans le demi-siècle écoulé, il y a eu de nombreuses tentatives futiles pour l’identifier :

Napoléon ? Hitler ? Staline ? L’actuel Pape ? Henry Kissinger ? Mikhail Gorbatchev ? Le roi Juan Carlos d’Espagne ?

Plus récemment, les noms de George W. Bush, Tony Blair, Barack Obama, le Pape Jean-Paul II, Javier Solana, Vladimir Poutine, Arnold Schwarzenegger et même le Prince Charles d’Angleterre ont été ajoutés à la liste.

La raison pour laquelle ces tentatives ont échoué, c’est que ces personnalités ne correspondent qu’à une partie de la description de l’Antichrist. Le véritable Antichrist, lui, correspondra à la totalité de la description qu’en fait la Bible.

Aucun de ces candidats ne possédait ou ne possède tous les attributs que le Fils de Satan doit manifester. Même Hitler ne satisfait pas à cette exigence, lui qui aurait pu correspondre à la description mieux que tous les autres.

Pourtant, le Fils de Satan est facilement identifiable grâce à ces caractéristiques bibliques.

Le Fils de Satan, comme l'indique son titre, sera un homme. Il possédera et démontrera une puissance supérieure à ce qu'aucun autre mortel n'a jamais démontré à ce jour. Il possédera de grandes richesses, de vastes territoires, sera un orateur puissant, et sera doté de grandes compétences militaires. Il sera arrogant et méprisant, en particulier vis-à-vis des autres religions et de leurs fondateurs. Ne tolérant aucune opposition, il établira un régime totalitaire et cherchera à étendre sa domination par la guerre.

Il sera adoré par des millions de gens.

Religion et commerce seront intimement liés l’un à l’autre durant son règne.

Ce belliciste aura d'impressionnantes compétences en leadership ainsi qu'un instinct politique certain, des manières distinguées, de la persuasion, une personnalité magnétique et une puissance trompeuse.

Connaissez-vous quelqu'un, vivant actuellement, qui corresponde à cette description ?

Pensez-vous à quelqu'un qui pourrait posséder tous ces traits de caractère ?

Si vous ne pouvez pas, c'est qu’il y a une raison.

L'homme dont nous parlons n'est pas encore parmi nous. Il apparaîtra dans un avenir très proche. Pourtant, voici une énigme à son sujet :

Vous savez qui est cet homme. En fait, vous connaissez déjà son nom.

 


Chapitre 3


 

Chercher un mort parmi les vivants

 

Il existe deux raisons majeures qui font que les soi-disant «experts en prophétie» n’arrivent pas à identifier l’homme de péché : soit ils pensent qu’il s’est déjà manifesté par le passé, et qu’il n’aura pas d’influence sur notre futur, soit ils s’imaginent qu’il est vivant au milieu de nous, en ce moment même, dans quelque lieu obscur du Moyen-Orient ou de l’Europe, selon quel «expert» vous écouterez.

Les deux points de vue précédemment cités sont faux. Le premier groupe (appelé prétéristes) cherchera un trou où se cacher, ne sachant que répondre à des questions comme :

- Si cet événement a déjà eu lieu, pourriez-vous me dire à quelle période de l’Histoire, un homme a-t-il pris le contrôle du commerce et imposé une marque sur le front ou sur la main droite de chaque individu ?

Ou :

- Quand un tel homme a-t-il eu une statue «vivante» qui le représentait et à cause de laquelle les gens étaient mis à mort pour avoir refusé de l’adorer ?

Ou :

- Quand a-t-il combattu le Christ à Armageddon, et quand a-t-il été jeté vivant dans l’étang de feu ? (Apocalypse 13 : 15-16; 16 : 13-16; 19 : 11-21).

Le second groupe, quant à lui, insiste sur le fait qu'ils croient que cet homme est vivant aujourd'hui sur la terre (leur point de vue n'est pas fondé sur les Écritures mais sur leur croyance personnelle). Toutefois, lorsqu'ils sont priés de révéler son identité, ils nomment le mauvais gars (par exemple : Napoléon, Hitler, Juan Carlos, Kissinger, Gorbatchev) ou ils n’ont tout simplement aucune idée de qui il s’agit.

Ces gens-là ne savent pas de quoi ils parlent mais s’imaginent que, puisque nous vivons les temps de la fin, et que l’Antichrist y joue un rôle important, il est forcément vivant, quelque part, en ce moment.

Leur croyance se base sur une hypothèse erronée que l'Écriture ne soutient pas. Il ne s'agit que de spéculations. Il n’y a pas un seul verset dans la Bible qui dise que l’Antichrist est vivant. Par contre, il en existe au moins trois qui disent qu’il ne l’est pas.

La Bible nous dit que cet homme ressuscitera d’entre les morts, (une «imitation» de Jésus) et réapparaîtra sur terre, soudainement, au milieu du chaos. Il prendra les rennes d’un monde dévasté qui réclamera un leader puissant pour rétablir l’ordre.

Il va régner sur le monde, non pas pour la première fois, mais pour la seconde. Non, il ne s’agit pas de l’Empereur Néron.

Nous parlerons de son identité (oui, de son nom) plus tard dans ce livre. Pour l’instant, considérons ce passage de l’Écriture qu’aucun «expert en prophétie» autoproclamé n’a pu expliquer jusqu’ici :

Apocalypse 17 : 8

La bête que tu as vue était, et elle n'est plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition…

Cet homme a déjà vécu (était), il n’est plus sur la terre aujourd’hui (n’est plus) et il va monter (sortir hors) de l’abîme

Cet homme ressuscitera d'entre les morts, sortira de l'enfer pour revenir sur la terre. Par conséquent, le chercher aujourd’hui parmi les vivants est à la fois futile et non scripturaire.

Ce gars-là n’est pas vivant. Il est mort !

Voilà pourquoi les «gourous de la prophétie» échouent tant et plus dans leurs tentatives d’identification de l’homme de péché :

Ils cherchent un mort parmi les vivants.

 


Chapitre 4


 

Un monde dans la tourmente

 

Actuellement, le terrorisme et la prolifération d’armes nucléaires sont des sujets de préoccupation majeurs.

Avec le nombre grandissant de pays accédant, secrètement ou non, aux armes nucléaires, chimiques et biologiques, l’on peut se demander ce qui se passerait si de telles armes tombaient entre de mauvaises mains, comme celles d’un dictateur impitoyable, ou d’un groupe terroriste.

Malheureusement, il n’est plus nécessaire de se poser cette question. Malgré tous les efforts pour l’éviter, les armes nucléaires, ainsi que d’autres armes de destruction massive, vont être utilisées en temps utiles par des irresponsables haineux, des tyrans avides de pouvoir, et peut-être aussi par des terroristes. Comme vous pouvez l’imaginer, les effets seront véritablement dévastateurs et la terre paiera un lourd tribut.

Tout sera profondément bouleversé, que ce soit l’environnement, la population mondiale, la balance du pouvoir, l’approvisionnement en nourriture, les transports, le commerce… et bien sûr, le style de vie de chacun.

Quand cet homme arrivera au devant de la scène, le monde tel qu’on le connaît aujourd’hui sera dévasté, chaotique, et à la limite de l'anarchie. L'arrivée de l'Antichrist sera alors accueillie par l’humanité comme son seul espoir de survie.

Ceux qui expérimenteront ces conditions catastrophiques n’auront d’autre choix que de s’unir. Pour la seconde fois dans l’Histoire, mais pour la première fois à une échelle mondiale, les préoccupations politiques, économiques, et religieuses seront soumises à ce leader autocrate. Aucune opposition, quelle qu’elle soit, ne sera tolérée. Ceux qui oseront défier sa politique seront vaincus.

Des événements et des conditions extrêmes au niveau mondial rendront ce système dictatorial viable. A conditions extrêmes, mesures extrêmes. La globalisation apparaîtra comme le seul moyen de survivre.

Les Nations Unies et leurs membres, ainsi que les États-Unis et leur suprématie militaire, ne seront plus présents, du moins à leur niveau actuel de puissance, pour prévenir ce qui va arriver, ou influencer significativement les affaires du monde.

Ceci créera un vide au niveau du pouvoir mondial que le fils de Satan comblera avec plaisir.

Initialement, l’Antichrist régnera sur une coalition de 10 nations dont 5 de l’ouest et 5 de l’est (Daniel 2 : 40-44).

Ces nations ne sont pas l’actuelle Union Européenne. Géographiquement, cette coalition inclura une partie des territoires de l’ancien Empire Romain.

Que vous le croyiez ou non, l’histoire finira bien. Mais pour ceux qui rejettent la semence de Dieu, c’est-à-dire Jésus-Christ, le futur s’annonce difficile. Par contre, ceux qui ont reçu Jésus dès à présent peuvent se réjouir d’un avenir merveilleux et glorieux.

Ce que nous avons vu jusqu’à présent n’est que la pointe de l’iceberg.

 


Chapitre 5


 

Départ !

 

Ce qui a été décrit dans le chapitre précédent sera précédé par une série d’événements inattendus et étonnants.

Éclipses solaires et lunaires surnaturelles se succéderont rapidement. La planète entière sera plongée dans les ténèbres. S’il fait jour là où vous vivez, le soleil deviendra noir comme un sac de crin. S’il fait nuit, la lune deviendra rouge-sang.

Il y aura une grande et impressionnante pluie de météorites ainsi qu’un puissant tremblement de terre qui délocalisera les montagnes et les îles

Satan et ses anges seront évincés du ciel et jetés sur la terre. Un très grand nombre d'hommes, de femmes, et d'enfants, disparaîtront littéralement de la surface de la terre. Une confusion et un chaos inimaginable s’ensuivront pour ceux qui seront restés. Il y aura beaucoup de spéculations quant à savoir ce qui s’est vraiment passé et où tous ces gens s’en sont allés.

Juste avant qu’ils disparaissent, tout le monde verra Jésus, ressuscité, descendant dans les nuées du ciel.

Les médias auront de quoi faire à cause de Son Apparition et de la disparition de toutes ces personnes. Ils seront tellement confondus par ce qui est arrivé, qu’ils auront de la peine à trouver une explication plausible.

Les télévisions auront certainement filmé l’événement, et ces images passeront en boucle  à des spectateurs abasourdis.

En fait, la multitude qui disparaîtra et sera enlevée au ciel sera composée de ceux et celles qui croient en Jésus-Christ.

Ce qui restera de l’humanité, à ce moment-là, saura que le jour du jugement de Dieu est arrivé. La panique saisira tout le monde, et même les dirigeants encore présents, chercheront un refuge afin de fuir Sa colère.

Au moment où Jésus apparaîtra dans le ciel, et que l’Enlèvement des croyants se sera produit, de nombreuses nations et groupes seront en possession d’armes de destruction massive et de moyens pour les déployer. Ils saisiront ce moment opportun pour les utiliser.

Actuellement, les États-Unis, l’Angleterre, la France, la Chine, la Russie, l’Inde, le Pakistan, la Corée du Nord et Israël, sont dotés de l’arme atomique. L’Iran est sur le point d’en disposer. Tout ou partie de ces nations utiliseront leur arsenal nucléaire.

La cible privilégiée de ces agresseurs sera les États-Unis d’Amérique, c’est incontestable. Après tout, les USA sont considérés par de nombreux leaders politiques et religieux comme l’obstacle majeur qui les empêche d’atteindre leurs objectifs, c’est-à-dire : la destruction d’Israël et la domination mondiale.

Juste ou faux, que l'on apprécie ce fait ou pas, une grande partie du monde qui aime la liberté, les droits individuels et la démocratie, devrait remercier Dieu pour les USA qui sont la principale force de dissuasion face au terrorisme et à l’expansion totalitaire.

Un grand nombre de ceux qui partiront, proviendront des États-Unis. Ceci provoquera inévitablement beaucoup de confusion et d’anarchie. Les gens se demanderont qui est encore aux commandes ? Avant qu’ils aient eut le temps de réagir pour mettre sur pied une nouvelle administration, ils seront sous le feu d’une attaque vicieuse.

Depuis les terribles événements du 11 septembre 2001, de vils personnages, des régimes totalitaires, et des extrémistes religieux, n'attendent plus qu’une chose : que les USA baissent leur garde.

Je suis désolé d’annoncer cela, mais ils auront bientôt ce qu’ils veulent, et cette fois-ci, les conséquences seront bien plus grandes et les dégâts sans commune mesure avec ce qui s’est passé le 11 septembre 2001.

Les ennemis de la liberté croiront que leur rêve est devenu réalité. Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est qu’en mutilant les États-Unis (qu’ils considèrent comme le «grand Satan»), ils pavent la route à une autre superpuissance, véritablement et infiniment plus diabolique.

Les États-Unis survivront à peine. L’ampleur de la dévastation sera immense. Sa puissance militaire supérieure, apparemment insurmontable, sera décimée en quelques instants. Aussi incroyable que cela puisse paraître actuellement, ce champion de la démocratie, des droits humains et de la stabilité mondiale sera renversé.

Si vous n’appréciez pas le rôle et le leadership actuel des États-Unis, nonobstant ses nombreux défauts, vous allez peut-être apprendre à l’apprécier. J’ose même dire qu’il risque de vous manquer, lorsqu’il aura disparu… pour de bon.

Le quartier général des Nations-Unies à New-York subira le même sort. S’il existe encore après cela, ce dont je doute fortement, il n’aura plus d’influence sur les affaires de ce monde.

Les représentants des diverses nations seront trop secoués et bien trop préoccupés par la survie de leur propre pays pour faire quoi que ce soit d’autre. Ils devront également faire face aux problèmes environnementaux et s’adapter à la nouvelle donne politique.

Les agresseurs eux-mêmes souffriront aussi d'une destruction à grande échelle.

Il y aura un manque cruel de nourriture et d’eau, pas uniquement dans le tiers-monde, mais partout. Des épidémies se propageront rapidement, et l’environnement sera contaminé à l'extrême. L'ampleur de la destruction et de la mort sera effrayante.

1/3 de la population mondiale périra.

Le monde entier sera tellement brisé, immergé au cœur d’événements apocalyptiques, rempli de telles souffrances, et si peu familier avec ce qu'il était auparavant, qu'il languira après un leader fort et autoritaire, capable de restaurer un semblant d'ordre et de paix. Quelqu'un qui soit capable de reprendre le contrôle d'une situation pour le moins chaotique.

Même dans cette pagaille, les gens sauront que Jésus va revenir, dans un laps de temps inférieur à 7 ans, pour établir son royaume millénaire. Après avoir assisté à son apparition dans les nuées, ressuscité et glorieux, et l'avoir rejeté; et malgré le fait qu'ils soient plongés au milieu d'horribles calamités, ils chercheront quelqu'un qui puisse empêcher l'établissement du règne de Jésus sur la terre.

C'est à ce moment là que le fils de Satan fera son entrée fracassante sur la scène mondiale.

 


Chapitre 6


 

Le diable est dans les détails

 

Il n'y aura pas une, mais deux résurrections notables.

Peu de temps après l'émergence du fils de Satan hors de l’abîme, un autre individu va se relever d'entre les morts pour jouer le rôle important de prophète de Satan.

Satan a un fils. Il aura aussi un prophète pour soutenir le règne de son fils et sa prétendue divinité, par la manifestation de miracles, de signes et de prodiges, d'une ampleur jamais démontrée jusqu'ici, ou du moins, dans notre ère moderne. Cela n'aura rien à voir les prétentions de certains télé-évangélistes, incapables de présenter des preuves substantielles. Ses miracles ne souffriront d'aucune ambiguïté

Les agissements de cet homme, ainsi que ses paroles, seront diffusées dans le monde à une audience frappée d'étonnement. Tous les gens sur terre retiendront leur souffle alors qu'ils seront les témoins de ces manifestations incroyables.

Le prophète de Satan imposera une religion globale basée sur l'adoration du père, Satan, et de son fils, l'Antichrist. Toute autre forme de religion sera bannie sous peine de mort : soit vous adorerez Satan et son fils, soit vous mourrez.

A ce moment là, il n'y aura plus d'athées, d'agnostiques, de sceptiques, plus de bouddhistes, d’hindous, de musulmans.

Chacun aura pris position pour ou contre ce dieu autoproclamé. Toutes les fausses religions seront discréditées.

Il n'y aura pas de terrain neutre. Les gens recevront le vrai Dieu dans leur cœur, Jésus-Christ, ou feront allégeance à l'Antichrist. Ce duo satanique travaillera de concert pour étendre sa domination sur tous les pays du monde, leurs ressources, et tous ceux qui les peuplent.

Tous les aspects de la vie humaine, comportement, finances, et même quelque chose d'aussi personnel que l'adoration, sera soumis à un contrôle intrusif afin de détecter et de prévenir toute violation.

Alors même que l'eau, la nourriture, et d'autres ressources manqueront, le besoin qui se fera le plus sentir sera le manque de liberté et de jouissance d'une vie privée. Les commodités de la vie ne seront disponibles que pour ceux qui se soumettront à l'Antichrist.

Avant de pouvoir opérer la moindre transaction financière, les gens devront accepter une marque sur leur main droite ou sur leur front, avec le nombre du fils de Satan ou des symboles représentant ce nombre ou son nom. Pas de marque, pas de transaction ! (Apocalypse 13 : 16-17).

Cela signifie que personne ne pourra acheter, vendre, échanger, retirer de l'argent d'un compte bancaire, faire des dépôts, recevoir un salaire ou un paiement quelconque, utiliser une carte de crédit ou de débit (si elles existent encore), s’ils n’acceptent pas le nombre, le nom ou la marque.

Bien que cela puisse être utile à court terme, accepter cette marque, sous quelque forme que ce soit, aura des conséquences terribles et éternelles car il n'y aura plus de retour possible :

Cela damnera cet individu pour l'éternité.

Mon conseil à tous ceux qui devront faire face à cette terrible décision, c'est de rejeter la marque, quel qu'en soit le prix, même si cela doit vous coûter la vie, et vous tourner de tout votre cœur vers le seul Dieu vivant et véritable !

Écoutez les paroles d'avertissement de Dieu lui-même au sujet de cette marque :

Apocalypse 14 : 9-11

Si quelqu'un se prosterne devant la bête et son image, et reçoit une marque sur le front ou sur la main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu... il (ou elle) sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l'Agneau. La fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles, et ils n'auront de repos ni jour ni nuit, ceux qui se prosternent devant la bête et devant son image, et quiconque reçoit la marque de son nom.

Mais qui donc sera ce ministre des finances belliqueux ? Aucun autre que Judas Iscariot, lui-même ! Il a déjà trahi Jésus une première fois, il le trahira à nouveau. Judas va également ressusciter d'entre les morts pour devenir l'infâme faux prophète qui forcera tout le monde à adorer l'Antichrist et à recevoir sa marque.

 


Chapitre 7


 

Berger de l'idole

 

En Apocalypse 13 : 11, la Bible parle d'une «autre Bête montant hors de la terre». La traduction amplifiée de la Bible précise : «je vis une autre Bête sortant de la terre elle-même».

Le mot «terre» en grec est «ge» (d'où est tiré le mot «géographie»). Cela peut faire référence à la terre en tant que planète, mais également à n'importe quel territoire, incluant Israël.

Dans un contexte biblique, cela fait souvent référence à Israël.

C'est significatif, car c'est en Israël que Judas est mort et qu'il a été enterré, dans le champ du potier, acheté avec la somme reçue pour la trahison de Jésus.

Judas sortira de la terre elle-même car :

Actes 1: 18

…Il est tombé, s'est rompu par le milieu du corps, et toutes ses entrailles se sont répandues.

Ce qui restait de lui a été enterré dans le champ du potier.

Judas, par sa transgression, tomba :

Actes 1 : 25

…pour aller à la place qui est la sienne.

Le terme «faux prophète» en grec est «pseudo-logos» ce qui signifie littéralement «faux prédicateur». C'est exactement ce qu'il était... Judas n'a fait que prétendre qu'il était un prédicateur de Jésus et de son Royaume.

S'il a un jour existé un faux prédicateur, c'est bien lui !

Apocalypse 13 : 12 nous décrit un peu plus cet individu :

Il avait deux cornes, comme un agneau (Jésus), mais parlait comme un dragon (Satan).

Ce type semblait être chrétien, mais ses paroles ne l'étaient pas. Elles ne venaient et ne viendront pas de Dieu, mais du dragon, Satan.

Cette description convient parfaitement à Judas, qui était l'un des disciples choisis par Jésus. Il se faisait passer pour un disciple de Christ, mais il permit à Satan de le posséder, trahissant son maître, et le vendant pour trente pièces d'argent.

Luc 22 : 3 et Jean 13 : 27 mentionnent clairement que «Satan entra en Judas».

En Jean 6 : 70, Jésus appelle Judas un «diable», le terme en grec signifie «accusateur», «calomniateur», c'est ce que Satan est selon Apocalypse 12 : 10-11.

Ainsi, Judas n'était pas seulement un «pseudo-logos» (faux prédicateur), mais aussi un accusateur, comme l'est Satan.

La Bible a beaucoup de choses à dire à propos de Judas. Elle démontre clairement qu'il sera l’infâme faux prophète qui trahira (à nouveau) Jésus pendant la Tribulation, le dénonçant, le blasphémant, et disant au monde que l'Antichrist est le vrai Dieu et que, par conséquent, c'est lui qu'ils doivent adorer.

Lors du dernier souper, Jésus a cité le psaume 41 : 9 concernant Judas (Jean 13 : 18).

Voici ce qui est dit de lui dans la suite du psaume :

Psaume 41 : 5-10

Mes ennemis disent méchamment de moi… quand périra son nom ? Et si quelqu'un vient me voir, il prend un langage trompeur, son cœur amasse l’iniquité. Tous mes ennemis chuchotent entre eux contre moi et ils conçoivent mon malheur… Celui-là même avec qui j'étais en paix, qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, lève le talon contre moi. Éternel… Relève-moi ! Que je puisse leur rendre (faire payer) ce qui leur est dû.

Ceci nous montre clairement qu'il y aura un jour où Judas paiera pour ce qu'il a fait.

Selon Apocalypse 19 : 20, lui et l'Antichrist seront jetés tous les deux, vivants, dans le lac de feu pour l’éternité.

En Actes 1 : 16-20, Pierre cite le psaume 69 : 25 en référence à Judas :

Actes 1 : 16-20 (version King James)

Hommes frères ! Il fallait que fût accompli ce qui a été écrit, et que le Saint-Esprit a prédit par la bouche de David en ce qui concerne Judas, qui a été le guide de ceux qui ont pris Jésus. Car il était des nôtres, et il avait reçu sa part de ce ministère. Mais s'étant acquis un champ avec le salaire injuste qui lui avait été donné, et s'étant précipité, son corps s'est ouvert par le milieu, et toutes ses entrailles ont été répandues. Ce qui a été connu de tous les habitants de Jérusalem; au point que ce champ-là a été appelé en leur propre langue, Haceldama, c'est-à-dire, le champ du sang. Car il est écrit au Livre des Psaumes : que sa demeure soit déserte, et qu'il n'y ait personne qui y habite. Et, qu'un autre prenne sa place.

Psaume 69 : 25 dit :

…que leur habitation soit désolée; que personne n'y habite plus.

Ce mot «habitation» peut être traduit par «lieu de résidence», «demeure», «maison» ou par «tombe» (la dernière demeure de chacun). Ceci est démontré en :

Ésaïe 14 : 18

Tous les rois des nations... reposent dans la gloire, chacun dans sa propre habitation... mais toi, tu es rejeté hors de la tombe comme une branche abominable... une carcasse foulée au pied... tu ne les rejoindras pas dans la sépulture.

Cela montre clairement que Judas va se relever d'entre les morts, car le lieu où il a été enterré sera vide (désolé), et «personne n'y résidera plus».

Voici ce que le reste du psaume 69 dit à son sujet :

Psaume 69 : 20-28

L'opprobre (insultes, calomnies) m'a (Jésus) brisé le cœur… que leurs yeux soient obscurcis de sorte qu'ils ne voient pas (Zacharie 11 : 17), et fasse continuellement chanceler leurs reins (Jacques 2 :19).

Mais peut-être que le meilleur commentaire concernant le caractère de Judas, son comportement et son rôle futur se trouve dans le psaume 109 (condensé).

En Actes 1 : 20, Pierre cite le psaume 109, au verset 8 en référence à Judas.

Car la bouche du méchant, et la bouche remplie de fraude se sont ouvertes contre moi. Ils m'ont parlé en usant d'une langue trompeuse.

… qu’il n’ait pas de postérité et que son nom soit effacé… (Psaume 69 : 28).

Comme il a aimé maudire, qu'elle (la malédiction) vienne à lui.

Comme il s'est revêtu de malédiction… qu’elle vienne dans ses entrailles (Actes 1 : 18).

Que cela soit la récompense de mes adversaires et de ceux qui disent des méchancetés contre mon âme

Qu’ils maudissent mais toi (Dieu) béni : quand ils apparaîtront («ils» vont clairement apparaître) qu’ils soient couverts de honte...

Ils m'environnent de discours haineux et me font la guerre sans raison. Pour mon amour, ils sont mes adversaires (ennemis)… Ils m'ont rendu le mal pour le bien, et la haine pour mon amour.

Qu’un méchant soit établi au dessus de lui (Apocalypse 13 : 12, 14), et que Satan se tienne à sa droite. (Zacharie 3 : 1, 11 : 17 & Jean 13 : 2, 27) quand on le jugera, qu'il soit déclaré coupable (Jean 17 : 12).

Que ses jours soient peu nombreux (3 ½ ans avec Christ et 3 ½ ans avec l'Antichrist pendant la Tribulation) et qu'un autre prenne sa place (son ministère).

Pierre a cité ce psaume à propos de Judas après la mort de Judas.

La seule personne que Judas ait eu «au dessus de lui» avant sa mort, c'était Jésus, le Christ, qui est l'incarnation de la bonté et de la sainteté.

Il n'a eu personne d'autre «au dessus de lui». Par conséquent, cette partie de l’Écriture ne peut voir son accomplissement que dans le futur.

Quand les Écritures annoncent : «qu’un méchant soit établi au dessus de lui» (Judas), il ne peut s'agir que du futur Antichrist, qui va lui aussi se relever d'entre les morts.

Le faux prophète sera le «porte-parole» de l'Antichrist, il agira comme son «bras droit». Il servira l'Antichrist et l'exaltera comme le «vrai Dieu».

Judas était un voleur. Jean 10 : 10 déclare que : le voleur ne vient que pour tuer, voler et détruire.

Il s'occupait des finances pour Jésus et il fera de même pour l'Antichrist. (Jean 12 : 6 & 13 : 29).

Il forcera les gens à se soumettre à l'Antichrist en déployant le système de la marque.

Il proclamera l'Antichrist comme étant le «vrai Dieu», trahissant et blasphémant Jésus à nouveau.

Qui mieux que Judas peut dire : - Je connais les deux hommes et celui-là est le bon. Il est plus grand et plus puissant que Jésus.

Il accomplira également de grands miracles en présence de l'Antichrist.

Selon Apocalypse 13 : 13, il accomplit des prodiges, allant même jusqu'à faire descendre le feu du ciel... à la vue de tous.

En Luc 9 : 54, nous trouvons Jacques et Jean demandant à Jésus : - Seigneur, veux-tu que nous commandions au feu de descendre du ciel…?

Il est clair qu'il s'agit d’un miracle que Judas aurait pu faire comme les autres disciples de Jésus.

Mais Jésus leur répond alors : - Vous ne savez pas par quel esprit vous dites cela !

C'est l'esprit de l'Antichrist qui donnera à Judas le pouvoir de faire cela, pas le Saint-Esprit.

Selon 1 Jean 4 : 3, quiconque déclare que Jésus n'est pas venu dans la chair est un antichrist.

Judas «justifiera» sa trahison en disant qu'il savait que Jésus n'était pas le vrai Dieu, raison pour laquelle il l'a livré aux autorités, qui l'ont fait exécuter.

Quand Jésus apparaîtra dans les nuées, lors de l'Enlèvement des croyants, Judas déclarera qu'il ne s'agissait que de son esprit, qu'il n'est pas vraiment ressuscité (1 Jean 2 : 22 & 4 : 3).

Par contre, voici l'Antichrist devant vous, dans la chair, ressuscité d'entre les morts !

Judas est la seule personne, hormis l'Antichrist, qui soit appelée «fils de perdition» (Jean 17 : 12).

Satan l'a d'abord utilisé pour finalement entrer littéralement en lui (le posséder) (Luc 22 : 3 & Jean 13 : 2, 27).

Mais l’«argument décisif» quant à la véritable identité du faux prophète se trouve en :

Zacharie 11 : 11-17 (version amplifiée) :

Ce jour-là… je leur dis : - si cela vous semble juste, donnez-moi mon prix… alors ils pesèrent mon prix, trente pièces d’argent. (Matthieu 26 : 14-15 & Matthieu 27 : 3, 9). L’Éternel me dit : Jette-la au potier, cette somme misérable à laquelle ils m'ont estimé ! Et je pris les trente pièces d'argent, et je les jetai dans la maison (Temple) de l’Éternel, pour le potier. (Matthieu 27 : 5).

Cette prophétie a été clairement et entièrement réalisée par Judas.

Il a vendu Jésus pour 30 pièces d'argent, puis, pris de remords, il a jeté cette somme dans le Temple. Comme c'était l'argent «du sang», les prêtres décidèrent de ne pas l'utiliser pour le Temple et achetèrent le champ du potier à proximité, là où Judas fut enterré par la suite. Il n'y a personne d'autre, dans toute l'Histoire, a qui cette écriture puisse s'appliquer. Dès lors, Judas est l'individu à qui elle se réfère, sans aucun doute possible.

Il a accompli Zacharie 11 : 11-13 lors de la première venue de Jésus. Il accomplira le reste, c'est-à-dire Zacharie 11 : 15-17, lors de sa future apparition, en tant que faux prophète, avant la seconde venue de Jésus-Christ.

Voici ce qui est dit :

Malheur au berger idolâtre qui abandonne le troupeau !

Le faux «berger» va «abandonner le troupeau» (rejeter le christianisme) et amener les hommes à adorer une idole, l'image de l'Antichrist, soit exactement ce qui est annoncé en Apocalypse 13 : 14-15. Quelle folie, après avoir marché avec le véritable Christ, que de le rejeter pour une pâle imitation !

Il semblait faire partie du «troupeau» de Jésus, l'agneau, mais il parle comme Satan, le dragon (Apocalypse 13 : 12).

L'épée frappera son bras et son œil droit, son bras se desséchera et son œil droit sera plongé dans le noir (psaume 69 : 23).

Le faux prophète fera fabriquer une idole (image) de l'Antichrist. Il rendra obligatoire l'adoration de cette idole/image, sous peine de mort.

Selon Apocalypse 13 : 15, il sera en mesure d’animer cette image et de la faire parler.

Sans aucun doute, Judas sera le faux prophète, qui va promouvoir l’Antichrist et l’adoration de Satan. Il conduira les gens à adorer une idole (l’image de l’Antichrist) et restreindra le commerce d’une manière telle, que seuls ceux qui auront fait allégeance à l’Antichrist, en recevant sa marque, seront autorisés à vendre et à acheter.

Alors que l'Enlèvement des croyants et la Tribulation approchent, nous voyons que Judas, aux yeux du monde, gagne de plus en plus en popularité.

Il existe un groupe de rock qui s'appelle «Juda's Priest». Choix de nom fort intéressant par rapport à Ézéchiel 21 : 24-27 qui indique que le faux prophète (Judas) officiera comme Grand Prêtre en Israël pendant la Tribulation.

Dans le film blasphématoire de Martin Scorcese «La dernière tentation du Christ», Jésus est présenté comme un obsédé sexuel, à moitié fou, un individu faible qui doute de son identité et de sa déité. Il doute qu'il soit vraiment le Fils de Dieu (quel vœu pieu de la part de Satan ! Voir Matthieu 3 : 17 & 4 : 1-11). Pendant ce temps, Judas Iscariot est dépeint comme le vrai héros du film : un avant-goût des choses à venir.

En 2006, pas mal de bruit a été fait autour du manuscrit gnostique d'un supposé «évangile de Judas», dans lequel il est à nouveau présenté comme un héros.

Selon ce mensonge diabolique, Judas n'aurait pas vraiment trahi Jésus. C'est Jésus qui lui aurait demandé de le livrer aux autorités afin de le «libérer» de son corps physique.

En d'autres termes, Jésus n'est pas mort pour nos péchés, il est plutôt mort «pour être libéré de son corps». Où est la «bonne nouvelle» dans tout ça ? Ce supposé «évangile» est satanique jusqu'à la moelle !

La dernière fois que j'ai jeté un coup d’œil sur le site internet de National Geographic (ce sont ceux qui ont publié l'article initialement), leur sondage en ligne montrait que 50% des participants croyaient à la véracité de ce message.

C'est amusant de voir que des gens sont prêts à accepter des mensonges sans fondements, sans les mettre en doute, tout en ayant beaucoup de difficulté à croire la Vérité. Beaucoup considèrent déjà Judas comme le vrai héros, avant même qu'il ait réapparu.

Dans la célèbre comédie musicale d'Andrew Lloyd Webber, «Jésus-Christ Superstar», la scène finale montre Judas, et non Jésus, ressuscitant d'entre les morts.

C'est tordu et irrévérencieux, mais sans doute aussi prophétique !

 


Chapitre 8


 

Acceptation et rejet

 

Après avoir expérimenté de si terribles conditions, vous pourriez penser que le peuple réagira en rejetant ces tyrans. Malheureusement, ce ne sera pas le cas.

Après la disparition soudaine de millions de personnes, ceux qui seront restés sur cette planète vont espérer la venue de tels leaders.

Certes, il y aura des exceptions, mais elles ne seront qu'une minorité. Ceux qui se rebelleront contre l'autorité de cet homme seront mis à mort. S'ils essaient de fuir, ils auront à faire face à des circonstances encore plus difficiles.

Étant donné que la destinée éternelle de chacun sera en jeu, cela vaudra la peine d'endurer n'importe quelle épreuve, temporaire mais nécessaire, pour ne pas recevoir la marque de cet homme; même si cela doit signifier la mort.

Rien ne sera comparable aux tourments éternels dont souffriront ceux qui auront suivi la Bête.

Il y a plusieurs choses qui feront paraître cet individu si attirant aux yeux des foules.

Quand Jésus apparaîtra dans les airs, à la vue de tous, des millions de gens disparaîtront Les autres courront pour chercher refuge. Au lieu de se tourner vers Dieu par la repentance, leur première réaction sera de se cacher, comme Adam l'avait fait dans le jardin d'Éden.

Plus personne ne se posera la question de savoir si Jésus a existé ou non, et s'il est ressuscité d'entre les morts ou pas, ce sera un fait connu de tous.

Ils verront le Christ ressuscité. Ils sauront qu'il est Dieu, et pourtant, ils le rejetteront encore.

A l'instar des hommes rebelles de la Babylone ancienne, qui ne voulaient pas se repentir, même après le déluge, mais essayèrent d'envahir les cieux pour renverser l'autorité de Dieu, ces individus endurcis chercheront un leader puissant, comme Nimrod, qui soit capable de relever un tel défi.

Après s'être remis du choc, ceux qui seront restés sur terre seront consternés en réalisant que le même Jésus qu'ils ont rejeté, va revenir pour établir son règne sur la terre, dans un laps de temps inférieur à sept ans.

Après avoir rejeté Jésus, malgré le fait qu’ils l’aient vu de leurs propres yeux, apparaissant dans les nuées avec beaucoup de puissance et une grande gloire, ils seront prêts à tout, paieront n’importe quel prix, plutôt que se soumettre à son autorité.

Ils s’opposeront donc résolument au retour du Roi des rois.

Dès lors, ils chercheront un homme puissant pour défendre leurs idées insensées, quelqu’un qui soit capable, selon eux, de vaincre le Christ ressuscité (il n’est pas appelé Antichrist pour rien !).

Après avoir vu Jésus ressuscité et avoir enduré des jugements terribles pendant 3 ½ ans, leur peur va se transformer en haine farouche et en mépris.

Quand l’Antichrist réapparaîtra, ressuscité d’entre les morts, et qu'il clamera son immortalité, ils le verront comme la seule personne qualifiée pour renverser le Royaume de Christ.

Ils seront convaincus que Jésus a finalement trouvé un «adversaire de taille» en la personne de l’Antichrist ressuscité.

L’Antichrist est un guerrier, un génie militaire, qui a vécu par le passé et peut se vanter de son invincibilité.

Quand ils le verront ressuscité, comme Jésus, ils mordront à l’hameçon du mensonge, jusqu'à  avaler les plombs et le flotteur... car ils seront persuadés que l'Antichrist peut vaincre le Christ.

Jésus, à notre connaissance, n’a jamais brandi le moindre couteau de cuisine, et encore moins une épée.

Ils auront un raisonnement simple : entre ces deux ressuscités, le guerrier invincible a plus de chance de gagner que le paisible charpentier.

Ils accueilleront avec enthousiasme l’Antichrist ressuscité et diront avec défiance : «- Qui est comme la bête, et qui est capable de lui faire la guerre ?»

Implicitement, ils considéreront que Jésus, qui n’était pas un militaire, ne peut se comparer à leur roi.

Ils croiront que cet homme est invincible et donc qualifié pour renverser l’autorité de Jésus et sa Seigneurie afin que son royaume millénaire ne devienne pas une réalité.

2 Thessaloniciens 2 : 11 l’appelle «la puissance d’égarement». L’Antichrist disposera d’arguments convaincants pour rivaliser avec Jésus, les voici :

Jésus est la Semence de la femme et l’Antichrist, celle de Satan.

Les deux sont de grands orateurs.

Les deux ont été loués pour leur sagesse et leur esprit.

Les deux manifestent de grands miracles, signes et prodiges.

Les deux disposent d’un «temps égal» de 3 ½ années sur la terre.

Les deux font preuve d’un grand courage.

Les deux sont capables de galvaniser leurs disciples pour qu’ils dépassent leurs limites.

Les deux ont fait un pèlerinage en Égypte.

Les deux sont célèbres et admirés.

Les deux ont changé l’Histoire, chacun à sa manière.

Les deux prétendent à une conception divine.

Les deux avaient un beau-père mortel.

Les deux ont été considérés comme illégitimes.

Les deux sont morts à l’âge de 33 ans.

Les deux n’ont laissé aucune descendance physique.

Les deux auront une «seconde venue».

Les deux sont venus d’abord comme hommes naturels, ils reviendront surnaturels.

Les deux sont l’incarnation et la pleine manifestation de leurs pères respectifs, Dieu et Satan.

Les deux feront les «œuvres» de leurs pères respectifs.

Les deux ont une grande autorité.

Les deux disent être Fils de Dieu.

Les deux sont adorés comme Dieu.

Les deux ont reçu louanges et adoration pendant leur vie et après leur départ.

Les deux ont de nombreuses statues et peintures à leur effigie.

Les deux sont rois.

Les deux veulent l’âme des hommes.

Les deux «marquent d’un sceau» ceux qui les suivent.

Les deux ont des cicatrices de blessures qui leur ont été infligées.

Les deux détestent Rome pour différentes raisons.

Leurs cadavres ne se sont pas décomposés.

Les deux ont une tombe vide.

Les deux seront ressuscités d’entre les morts.

Les deux régneront sur le monde.

Contrastant avec Jésus, qui a utilisé des moyens pacifiques, la puissance pure de sa Parole et de son Esprit, pour que son message se répande, cet homme possédera de grandes compétences militaires. C’est pourquoi il semblera avoir l’«avantage» sur le Sauveur. Il ne sera pas étonnant de voir l’humanité corrompue devenir folle de lui.

Quand cet homme réapparaîtra, ressuscité d'entre les morts, le monde sera si fasciné et étonné, si heureux et excité qu'il puisse défier le Sauveur ressuscité, que lui prêter allégeance semblera naturel. Ils penseront que, puisqu'il était déjà invincible en tant que mortel, il le sera encore plus maintenant qu'il est immortel.

Voici comment la Bible présente cela :

Apocalypse 17 : 8-9

La bête que tu as vue (auparavant) était, et elle n'est plus (maintenant). Elle doit monter des abysses (enfer, abîme), et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n'a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s'étonneront en voyant la bête, parce qu'elle était (auparavant), et qu'elle n'est plus (maintenant), et qu'elle reparaîtra (bientôt).

 


Chapitre 9


 

Le mystère du 666

 

L'une des choses qui perturbe complètement l'Establishment de la prophétie, c'est le nombre 666.

Pendant des années et des années, ils ont pathétiquement essayé de «deviner» l'identité de l'Antichrist, à partir de ce nombre, en additionnant la valeur numérique des lettres formant le nom d'un individu, ou son titre.

Par exemple, ils ont faussement déclaré que le Pape devait être l'Antichrist, car sa couronne porte l'inscription latine «vicarivs filii dei», totalisant un chiffre de 666 dans cette langue.

Récemment, un idiot a fait un calcul similaire en utilisant les valeurs numériques des lettres latines contenues dans les armureries familiales du Prince Charles.

De la même manière, quelques décennies avant ça, certains esprits dérangés avaient déclaré que le Président des États-Unis, Ronald Wilson Reagan, était l'Antichrist, car chacun de ses noms comporte 6 lettres.

Pitié, arrêtez ça !

Il existe même un site internet qui contient le nom de toutes les personnes célèbres dont le nom atteint la valeur numérique de 666. La dernière fois que je les ai comptés, il y en avait plus de 300.

Ces irresponsables faussaires ne sont pas plus «experts» en prophéties que des enfants à la maternelle.

Tout ce qu'ils font, c'est spéculer. Ils ne savent rien de rien. Ils essaient de deviner. Si vous devez deviner, c'est que vous ne savez pas. Alors dites-moi où est «l'expertise» ?

Non seulement ce genre de «devinettes» est une insulte à la dignité et à l’intégrité de n’importe quel érudit de la Bible, mais c'est aussi non scripturaire, et surtout complètement idiot.

La Bible ne dit nulle part que nous devions ajouter la valeur numérique des lettres qui composent le nom d'un homme.

Elle ne dit nulle part que 666 représente la «valeur numérique» des lettres qui forment le nom d'un homme. Nulle part.

Ce n'est que pure fabrication.

Ces soi-disant pontes de la prophétie ont inventé ce mensonge et, comme tout ce qu'ils nous concoctent, ils ont fini par y croire eux-mêmes.

Les menteurs finissent toujours par tomber dans le panneau de leurs propres mensonges. Satan en est l'exemple parfait.

Voici ce que la Bible dit vraiment à ce propos :

Apocalypse 13 : 18

C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence compte le nombre de la bête. Car c'est le nombre de l'homme, et son nombre est 666.

Le mot «compte» en grec est «psephizo». Cela signifie «utiliser des cailloux pour compter».

Le mot «nombre» en grec est «arithmos». Cela signifie un «nombre compté». C'est un dérivé du verbe «airo» qui signifie «lever», «prendre» ou «emporter».

Nous ne devons pas additionner, nous devons «compter» ou «lever» chaque nombre :

Six, une fois, six deux fois, six trois fois, comme lorsque nous «comptons» (levons) chaque caillou.

Le seul endroit où 666 est mentionné dans la Bible, c'est en relation avec l'Antichrist en Apocalypse 13 : 18 où il est écrit, noir sur blanc, que 6 est le «nombre de l'homme».

Ceci se base sur le fait que l'homme a été créé le 6ème jour (Genèse 1 : 27-31).

De la même manière, sept est le nombre symbolisant l'accomplissement, car Dieu termina la création au 7ème jour (Genèse 2 : 2).

Ainsi, 666 exprime le nombre de fois que la Semence de Satan va se manifester sur la terre en tant qu'homme.

Il s'incarnera dans un corps humain, paraissant sur terre en tant qu'homme à trois reprises : 6 (première fois), 6 (deuxième fois), 6 (troisième et dernière fois), soit 666.

Apocalypse 17 : 8 nous dit que l'Antichrist «était, n'est plus, et va remonter (sortir) de l’abîme».

Cet individu, possédé par Satan, habité par l'esprit de l'Antichrist, est déjà apparu deux fois sur la terre en tant qu'homme (66).

Il apparaîtra à nouveau pour la troisième et dernière fois (troisième 6), ressuscité d'entre les morts, pour devenir l'infâme Antichrist.

Ainsi, nous n'avons pas à «additionner», mais à «lever» le nombre 6 trois fois, comme lorsque l'ont compte des cailloux.

Je suggère à l'Establishment de la prophétie d'arrêter «d’additionner» et de commencer à «lever».

 


Chapitre 10


 

Démasquer la Bête

 

Alors, qui est l’Antichrist ?

J’ai promis de vous donner son nom. En fait, je dois vous donner ses deux noms, puisqu’il n’est pas apparu une fois, mais deux fois déjà.

Pendant des années, j’ai gloussé, grimacé, et secoué la tête dans l’incrédulité, en voyant le nombre de gens qui avaient écrit pour dire que c’est «celui-ci», ou «celui-là».

Ils essaient en vain de manipuler les Écritures de manière à ce qu’elles «correspondent» au candidat qu’ils ont choisi. Le problème, c’est que cela ne fonctionne pas ainsi.

Pour chaque passage de l’Écriture qui semble «correspondre», il y en a beaucoup d’autres qui ne correspondent pas.

C'est comme essayer de faire entrer un rectangle dans un cercle, c'est un exercice futile.

Nous n’avons pas besoin de forcer les Écritures pour qu’elles correspondent à qui que ce soit, bien au contraire. Quelle que soit la véritable identité de l’Antichrist, elle correspondra parfaitement à tout ce que la Bible dit de lui, sans qu’il faille forcer quoi que ce soit.

Pour pouvoir identifier cet individu, il ne faut pas seulement prendre quelques points mentionnés par la Bible à son sujet, mais tout ce qu'elle dit de lui.

Nous devons considérer la description biblique dans sa totalité.

La raison pour laquelle tant de soi-disant «experts» ont échoué lamentablement, c’est qu’ils prennent seulement une partie de l’Écriture se référant à cet individu, et en tirent des conclusions hâtives. Ainsi, ils obtiennent une vision partielle (incomplète) de la description de cet homme.

Nous avons également besoin d’être éclairés par le Saint-Esprit, qui est l’auteur de la Bible. Je ne peux qu’insister sur ces deux points fondamentaux.

Jouer aux devinettes comme l’a fait l’Establishment de la prophétie depuis des années, et persister, malgré les œufs prophétiques qu’ils ont reçus en plein figure, voilà qui est à la fois immature et non scripturaire.

Ceci porte préjudice à la Bible dont la crédibilité est alors considérée comme «suspecte», tant par les chrétiens que par les non-chrétiens.

La Bible identifie l’Antichrist clairement et sans équivoque.

Par conséquent, le véritable Antichrist correspondra parfaitement, et sans forcer quoi que ce soit, à la description qu’en fait la Bible.

Selon les Écritures, voici les caractéristiques de l’Antichrist :

1. Il est la semence du serpent (Genèse 3 : 15, 2 & Thessaloniciens 2 : 3).

2. La religion de ses ancêtres doit être polythéiste (Daniel 11 : 37) «Il n'aura égard ni aux dieux de ses pères... il n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous». Le mot «dieux» est un pluriel, indiquant que les ancêtres de l’Antichrist adoraient de nombreuses divinités.

3. Son royaume sera «en partie fort et en partie fragile». (Daniel 2 : 42).

4. Son royaume sera «mêlé à la semence des hommes, mais ils n’adhéreront pas l'un à l'autre, de même que le fer ne se mêle pas avec l'argile» (Daniel 2 : 43).

5. Il doit avoir une bouche qui «profère de très grandes choses» (Daniel 7 : 20).

6. Il doit être un roi (Daniel 7 : 24 & Apocalypse 17 : 10-12).

7. Il doit être un roi dont le visage inspire la crainte (Daniel 8 : 23).

8. Il doit venir de l’Empire grec (Daniel 8 : 8-9).

9. Il doit venir d’un territoire qui faisait partie de l’ancien Empire romain (Daniel 7: 23-27).

10Il s’exaltera lui-même, même face aux armées du ciel (Daniel 8 : 11 & 25-26).

11. Il doit être un génie militaire, doit sembler invincible (Apocalypse 13 : 4).

12. Il doit être un homme (Apocalypse 13 : 18).

13. Il doit croire qu’il est Dieu (Daniel 11 : 36-38 & 2 Thessaloniciens 2 : 4).

14. Il doit être quelqu’un qui a déjà vécu, qui n’est plus sur terre en ce moment, et qui ressuscitera d’entre les morts lors de la Tribulation (Apocalypse 11 : 7; 17 : 8).

15. Il doit être l’un des «7 rois» mentionnés en Apocalypse 17 : 10, mais aussi un «8ème roi».

16. Il doit être «comme un léopard» (Apocalypse 13 : 2).

Dans toute l’Histoire, il n’y a qu’un seul individu qui corresponde à cette description à la perfection et dans ses moindres détails. Nous connaissons l’une de ses incarnations, c'est celle d’Alexandre le Grand.

 

         

Remerciements à un frère prénommé David qui a fourni l’image améliorée d’Alexandre (à droite) la rendant aussi «vivante» que possible.

 

Pourquoi Alexandre ?

Apocalypse 13 : 2 dit que  la Bête est comme «un léopard».

Daniel 7 : 6 dit qu’Alexandre est comme «un léopard».

Apocalypse 13 : 2 nous dit qu’elle a les pieds d’un ours, une bouche comme celle d’un lion, mais que la Bête elle-même est «semblable à un léopard». Cette description est une copie conforme de celle que Daniel a faite en parlant d’Alexandre.

Aucune autre personne dans la Bible n’est appelée ou même associée au léopard, hormis Alexandre et son autre incarnation, dont nous parlerons plus tard. A présent, examinons toutes les autres preuves.

 


Chapitre 11


 

Le grand Antichrist final

 

Selon l’Encyclopédie Compton, plus qu’aucun conquérant au monde, Alexandre III de Macédoine, mérite d’être appelé «le Grand».

Bien que d’autres rois aient prétendu au surnom de «le Grand», il ne s’applique à aucun d’entre eux, pour des raisons évidentes.

Pour prouver cela, quelle autre figure historique vient à votre esprit quand vous entendez «le Grand» ?

Aucune, si ce n’est Alexandre.

L’Antichrist était, dans sa vie passée, le sujet de nombreuses histoires fabuleuses.

Malgré le fait qu’il y ait eu plus de choses écrites à son sujet qu’à propos de n’importe quel autre individu, à l’exception notable de Jésus-Christ, il n'en demeure pas moins un personnage énigmatique encore aujourd’hui.

Ses accomplissements sans précédents, sa volonté inébranlable, sa personnalité arrogante et dynamique, ses tactiques militaires rapides, brillantes et impitoyables, son intelligence et sa finesse d’esprit, sa capacité à se surpasser et à obtenir le maximum d’autrui, font qu’il mérite vraiment le titre de «le Grand».

Il fut également connu sous les titres de : «Grand roi», «Invincible», «Seigneur de l’Asie», «Fils de Dieu», et «dieu».

L’Antichrist a changé le cours de l’Histoire. Son règne à marqué un tournant dans l’histoire de l’Europe et de l’Asie.

L’Empire romain, et beaucoup de notre culture occidentale, incluant paradoxalement l’expansion du christianisme en tant que religion dans le monde, sont, à certains niveaux, le fruit de ses réalisations.

Sa vie et son œuvre ont été le sujet de nombreux livres et films.

Il était beau et athlétique. Pendant son adolescence, il fut l’élève du fameux philosophe grec Aristote. Il s’intéressait à l’éthique, la politique, la botanique, la zoologie, la géographie et la médecine. Mais ce qui l’intéressait le plus, c’était la stratégie militaire, dans laquelle il excellait depuis sa jeunesse.

On pense qu’il était le fils de Philippe II de Macédoine, mais sa naissance, comme sa mort, sont entouréees de mystère.

Son présumé père lui aurait appris les tactiques militaires de base auxquelles il a ajouté le génie de ses propres manœuvres.

Il était très proche de sa mère Olympias, de qui il a hérité un caractère fort, volontaire et passionné.

C’est Olympias qui, folle de rage et de jalousie, fit assassiner Philippe à cause d’une liaison amoureuse. Il a toujours été suspecté, mais jamais prouvé, qu’Alexandre était complice du complot qui tua Philippe.

A l’âge de 20 ans, Alexandre succéda à Philippe et monta sur le trône.

Il était intimement convaincu de sa propre divinité, il reconnaissait en Zeus, le «Seigneur des Cieux et des Déités Suprêmes», son véritable père.

Au crépuscule de sa vie, il requit des provinces grecques qu’elles reconnaissent sa divinité et l'adorent comme Dieu.

Ses sujets acceptèrent, car ils pensaient qu'il était plus qu'un homme. Il fut officiellement proclamé dieu, et à sa mort, reçut des honneurs divins dans tout son Empire.

Ceux qui connaissaient Alexandre n'étaient pas seulement convaincus qu'il était le fils de Zeus, mais croyaient qu'il était lui-même un dieu.

Bien que d'autres rois et Césars se soient réclamés de descendance divine, ce n'était en fait qu'un moyen pratique de renforcer leur ego déjà surdimensionné, et ainsi imposer leur volonté tyrannique à leurs sujets.

Pour ce qui concerne Alexandre, c'est une toute autre histoire. A l’exception de Jésus-Christ, sa divinité parait plus crédible qu'aucun autre personnage de l'antiquité.

Des années après sa mort, les officiers de son armée se réunissaient encore devant le trône en or d'Alexandre. Au pied de ce trône vide, où reposaient sa couronne, son diadème et son sceptre, ils offraient des sacrifices, cherchant sa volonté, sa sagesse, et son conseil.

Récemment, son casque, son bouclier, sa couronne et son sceptre ont été découverts par des archéologues, dans le village de Vergina, au nord de la Grèce.

Ses disciples les plus dévoués dirent qu'il n'était pas mort, mais qu'il avait juste quitté la dimension des hommes mortels. Ils recherchaient même ses directives dans leurs rêves, dans lesquels ils juraient avoir vu Alexandre, en habit d'apparat royal, donnant des ordres et continuant de gouverner les affaires de son royaume.

Ceci fut accentué par le fait que le corps d'Alexandre ne s'est pas décomposé. Il fut placé dans un cercueil d'or d'où il disparut mystérieusement par la suite. A ce jour, nul ne sait ce qu'il est devenu.

Par conséquent, comme Christ, Alexandre clamera l'incorruptibilité, une tombe vide, et lorsqu'il apparaîtra à nouveau, la résurrection.

La croyance relative à l'immortalité d'Alexandre s'est répandue dans de nombreuses cultures par diverses légendes. Certaines parlent d'un voyage au cours duquel il aurait découvert le Puits de l'Immortalité.

Selon sa mère Olympias, il fut conçu «de Dieu». Alexandre devait donc se montrer «digne de sa parenté».

Olympias était une adoratrice fanatique, qui sacrifiait des milliers d'animaux aux divinités. Ces dieux étaient ouvertement appelés «esprits divins coopérants», ou «daemons» (démons).

Olympias avait une attirance extrême pour les serpents, et était connue pour en avoir porté personnellement lors du culte de Dionysos.

Elle dormait avec un serpent de compagnie dans son lit et parla à Alexandre du «secret de sa naissance», lui expliquant que Philippe n'était pas son vrai père, et que Zeus (la divinité suprême grecque) est venu à elle, sous la forme d'un serpent, et l'a fécondée (vous parlez d’une conception «maculée» !).

De fait, les serpents sont une figure prééminente dans la vie d'Alexandre. Ptolémée, le meilleur ami d'Alexandre et futur chef de l’Égypte, a dit que pendant la marche quasi fatale qu'ils ont faite dans le désert libyen pour rendre visite à l'oracle d'Amon, Alexandre fit l'aller-retour, guidé par deux serpents qui lui parlaient (voir Genèse 3 : 1, 4).

La Bible soutient la naissance extra-humaine d'Alexandre en l'appelant un «bâtard» (Zacharie 9 : 6). En hébreu, le mot «mamzer» signifie un bâtard, un métis, une personne aux origines mélangées.

En Daniel 2 : 37-40, le royaume d'Alexandre est décrit comme étant de «bronze». Le bronze est un mélange de cuivre et d’étain. Le mot hébreu pour «bronze» est «nachash», qui signifie aussi «serpent».

Le royaume d'Alexandre était et sera le royaume du serpent.

C'est parce qu'Alexandre est le fils du serpent. Il est la semence de Satan.

La renommée d'Alexandre perdure plus de 2'000 ans après sa mort. Il est connu en de nombreuses langues et cultures. Ses exploits, ses compétences militaires, et ses stratégies, sont admirées, et on en parle encore aujourd'hui.

En 2004, le réalisateur hollywoodien Oliver Stone, a fait un film sur la vie d'Alexandre. Par une «étrange» coïncidence, ce film est sorti la même année que celui réalisé par Mel Gibson, la «Passion du Christ». Au box office, comme en prophétie, «Christ» a écrasé «Antichrist». «Passion» fut un succès, «Alexandre», un flop.

Alexandre est mentionné dans deux livres sacrés, la Bible et le Coran.

Il est décrit comme un léopard et comme un bouc invincible à deux cornes dans le livre de Daniel.

Étant donné que le Coran emprunte une partie du contenu de la Bible, lorsque l'islam s'est répandu en tant que religion, la notion que ce monde prendrait fin, avec l'arrivée d'une divinité jugeant la terre, s'est propagée largement.

L'image d'Alexandre, en tant que «bouc à deux cornes» dans le livre de Daniel, suggère à un musulman qu'Alexandre reviendra pour introduire un nouvel âge de paix et d'égalité. Ils voient en Alexandre un héros, précurseur de Mahomet, un prophète investi d'une mission divine, une figure universelle, qui unira le monde entier pour le bien de tous.

Apparemment, Alexandre fut perçu de cette manière bien avant cette époque. Deux sortes de pièces d'argent à son effigie ont été retrouvées, le représentant comme un roi, un héros à deux cornes. Certaines datent d'environ 280 avant Jésus-Christ, et d'autres ont été faite sous le règne de Ptolémée en 315 avant Jésus-Christ.

 

 

Une telle représentation est très significative vis-à-vis d'Apocalypse 13 : 12. Ce verset fait référence à la seconde bête (le faux prophète), qui sert l'Antichrist, en précisant qu'elle a «deux cornes comme un agneau, mais parle comme un dragon».

Des commentateurs et historiens musulmans, incluant Tabari, identifient Alexandre comme le conquérant «à deux cornes» dont parle le Coran.

Si vous mentionnez le nom d'Alexandre (Iskander) dans n'importe quel pays musulman, la première chose que les gens feront avec leurs mains, c'est de mettre un index de chaque côté de leur tête pour simuler deux cornes.

Dhul Qarnayn (ou celui qui a deux cornes), comme il est appelé dans le Coran, est un personnage d'une telle importance dans la tradition islamique, qu'une légende raconte qu'Israfil le séraphin, un être angélique de la mythologie islamique, rencontra Alexandre avant que celui-ci arrive dans le «pays des ténèbres» (l’abîme).

De là, le séraphin se tiendra sur une colline et sonnera de la trompette. La trompette d'Israfil annoncera le jour de la résurrection (la version islamique de l'Enlèvement des croyants). Alors qu'il se tiendra sur le rocher saint de Jérusalem, il donnera le signal qui ramènera les morts à la vie.

Selon la légende, cet ange annoncera également le jugement dernier à la «fin du monde». Le nom d'Israfil signifie «celui qui consume».

Le Coran dit aussi que c'est Allah qui donne la domination sur toute la terre à «celui qui a deux cornes» (Alexandre).

La résurgence de l'Islam en tant que religion, et son infiltration dans la culture occidentale, sont en train de préparer le monde à l’avènement de l'Antichrist.

Une grande partie du monde musulman s'attend à la venue du «12ème Imam», qui, selon la tradition islamique, a été miraculeusement préservé dans un puits, ce qui correspond parfaitement à la légende qui dit qu'Alexandre a découvert le «Puits de l'Immortalité».

Quand Alexandre sortira des profondeurs, les Cheikhs musulmans diront sans doute : «- nous vous l'avions bien dit !»

Ce à quoi ils ne s'attendent pas, c'est qu'il se proclamera Dieu, exigera d’être adoré, évincera toutes les religions, méprisera toutes les divinités, Allah y compris, et exigera de tous qu'ils portent la marque comme symbole de leur complète soumission, adoration, et allégeance spirituelle éternelle.

Malheureusement, la grande majorité des musulmans ne réalisera pas que le Coran est un tissu de mensonges, qu'Allah est un faux dieu, et que Mahomet est un faux prophète, jusqu'à ce que cela se produise.

A ce moment là, toutes les fausses religions auront été discréditées. Elles cesseront d'exister et ceux qui les pratiquaient n'auront qu'un seul choix : Dieu ou Satan, Christ ou l'Antichrist.

Le véritable Antichrist doit correspondre parfaitement à la description qu'en fait la Bible, dans sa totalité, et sans forcer quoi que ce soit.

Voyons si Alexandre résiste à une telle analyse :

L’Antichrist doit :

1. Être la semence du serpent (Genèse 3 : 15 & 2 Thessaloniciens 2 : 3).

Vérifié !

Aucun homme célèbre dans l'Histoire n'a prétendu être la descendance d'une femme qui a eu un rapport sexuel avec un serpent.

2. La religion de ses ancêtres doit être polythéiste (Daniel 11 : 37) «Il n'aura égard ni aux dieux de ses pères... il n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous». Le mot «dieux» est un pluriel, indiquant que les ancêtres de l’Antichrist adoraient de nombreuses divinités.

Vérifié !

Les Grecs adoraient de nombreuses divinités.

3. Son royaume sera «en partie fort et en partie fragile». (Daniel 2 : 42).

Vérifié !

Son royaume était «fort» d'un point de vue militaire et culturel mais «fragile» dans ses alliances politiques qui étaient instables, même parmi les Grecs.

4. Son royaume sera «mêlé à la semence des hommes, mais ils n’adhéreront pas l'un à l'autre, de même que le fer ne se mêle pas avec l'argile» (Daniel 2 : 43).

Vérifié !

Alexandre a encouragé le mariage entre Grecs et Persans. Il a essayé de mêler les cultures orientales et occidentales. Après sa mort, comme cela a été prophétisé, ces unions ne tinrent pas.

5. Il doit avoir une bouche qui «profère de très grandes choses» (Daniel 7 : 20).

Vérifié !

6. Il doit être un roi (Daniel 7 : 24 & Apocalypse 17 : 10-12).

Vérifié !

7. Il doit être un roi dont le visage inspire la crainte (Daniel 8 : 23).

Vérifié !

Même après sa mort, le simple fait de voir sa statue terrifiait les gens. Sa férocité est légendaire.

8. Il doit venir de l’Empire grec (Daniel 8 : 8-9).

Vérifié !

A elle seule, cette exigence disqualifie la plupart des autres candidats.

9. Il doit venir d’un territoire qui faisait partie de l’ancien Empire romain (Daniel 7 : 23-27).

Vérifié !

La Grèce faisait partie de l'ancien Empire romain.

10. Il s’exaltera lui-même, même en face des armées du ciel (Daniel 8 : 11 & 25-26)

Vérifié !

Lorsqu'il reviendra en tant qu’Antichrist, il défiera les armées du ciel et Jésus-Christ lui-même.

11. Il doit être un génie militaire, doit sembler invincible (Apocalypse 13 : 4).

Vérifié !

Il n'existe pas de plus grand génie militaire dans l'Histoire. Son pur génie et sa réputation d'invincibilité sont des faits établis historiquement. Alexandre n'a jamais perdu une seule bataille.

12. Il doit être un homme (Apocalypse 13 : 18).

Vérifié !

13. Il doit croire qu’il est Dieu (Daniel 11 : 36-38 ; 2 Thessaloniciens 2 : 4).

Vérifié !

Alexandre croyait en sa propre divinité et s'est proclamé Dieu. Dans le domaine de l'élévation de soi, il n'est personne qui rivalise avec lui. Il a été adoré pendant sa vie, et même après sa mort. Là encore, il se distingue de tous les autres. Alors même que certains empereurs romains revendiquaient la divinité, en réalité, aucun d’entre eux ne croyait être Dieu.

14Il doit être quelqu’un qui a déjà vécu, qui n’est plus sur terre en ce moment, et qui ressuscitera d’entre les morts lors de la Tribulation (Apocalypse 11 : 7 & 17 : 8).

Vérifié !

Alexandre vécut et mourut au 4ème siècle avant Jésus-Christ et n'est pas sur la terre en ce moment, il correspond donc parfaitement à la description.

Avant l'an 96 après Jésus-Christ, il n'était plus et en 96 après Jésus-Christ il n'était pas (il est mort presque 4 siècles auparavant) et il montera de l’abîme en tant que futur Antichrist.

15. Il doit être l’un des «7 rois» mentionnés en Apocalypse 17 : 10, mais aussi un «8ème roi».

Vérifié !

Les royaumes mentionnés ici sont dans l'ordre : 1 - Assyrie, 2 - Égypte, 3 - Babylone, 4 - Perse, 5 - Grèce et 6 - Rome.

Alexandre était le 5ème roi, celui de l'Empire grec.

Il sera également un 7ème roi en tant que futur Antichrist.

Donc, il est «des sept» (le texte ne dit pas «l'un des sept» mais simplement «des sept» car il est le 5ème et le 7ème). Je parlerai du 8ème roi dans un autre chapitre.

16. Il doit être «comme un léopard» (Apocalypse 13 : 2).

Vérifié !

Daniel et Jean donnent de lui la même description. Aucun autre individu n'est décrit comme «un léopard».

Comme vous pouvez le constater, le véritable Antichrist correspond parfaitement à la description qu’en fait la Bible.

Nul besoin de tordre ou de manipuler les Écritures pour qu'elles lui correspondent. C'est lui qui leur correspond complètement et sans forcer quoi que ce soit.

Ce mégalomane recevra bientôt l'adoration et la gloire qu’il espère tant, mais pour un temps très limité. (Apocalypse 13 : 4).

Que nous abordions la question d'un point de vue biblique ou sur la base de l'Histoire séculière, nous arrivons à la même conclusion :

Cela ne fait aucun doute, l'Antichrist n'est autre qu'Alexandre le Grand.

 


Chapitre 12


 

Un léopard peut-il changer ses taches ?

 

Selon le célèbre historien juif Flavius Josèphe, le Grand Prêtre Juddua rencontra Alexandre hors de Jérusalem, près de la ville de Sapha.

Alexandre marcha seul au devant du Grand Prêtre, le salua et l’adora.

Les Juifs furent tellement impressionnés qu’ils s’attroupèrent autour d’Alexandre et l’acclamèrent bruyamment, lui souhaitant santé et prospérité, et ce, malgré le fait qu’ils aient fait allégeance aux Perses (qui leur avaient permis de reconstruire le Temple, entre autres choses).

Les hommes d’Alexandre furent très surpris de son comportement… au point que, pour un instant, ils crurent qu’il avait perdu la raison.

Parménion, son commandant en second, au bénéfice du prestige et de l’estime de tous, demanda à Alexandre pourquoi lui, qui était adoré dans le monde entier comme Dieu, s’abaissait à adorer le Grand Prêtre. Alexandre lui répondit qu’il n’adorait pas le Grand Prêtre, mais «Dieu», qui lui était apparu en rêve, habillé comme le Grand Prêtre, lui assurant qu’il allait vaincre les Perses (comparez avec Apocalypse 13 : 11-15).

Après cela, Alexandre embrassa le Grand Prêtre et les autres prêtres qui l’accompagnaient, puis monta à Jérusalem avec eux. Il offrit des sacrifices dans le Temple, selon les instructions du Grand Prêtre.

Puis, Juddua lui montra le livre de Daniel, où il est prophétisé qu’un prince grec détruira l’Empire perse. Il lui confirma que cette prophétie parlait de lui. (Daniel 8 : 3-7, 20-21)

Alexandre, qui croyait depuis toujours être le Fils de Dieu, fut très heureux de l’entendre. A cause de cela, il demanda au peuple juif de s’assembler le jour suivant afin qu’ils lui demandent «tout ce qu’ils désiraient». («Demandez et vous recevrez», ça ressemble à une prière pour moi).

Le Gand Prêtre demanda alors, au nom du peuple, qu’il les laisse vivre selon leurs propres lois et que tous les sept ans, ils n’aient à payer aucun tribut.

Non seulement Alexandre leur accorda ce qu’ils souhaitaient, mais avec une générosité inhabituelle, il leur promit que les Juifs qui vivaient à Babylone et en territoire mède, jouiraient de la même faveur (il s’agit des descendants de ceux qui avaient été déportés au préalable et qui vivaient encore là-bas). Il encouragea également les Juifs à s’enrôler dans l’armée grecque et leur assura qu’ils pourraient vivre selon leur propre religion et coutumes.

Beaucoup d’entre eux rejoignirent l’armée.

Par conséquent, quand Alexandre réapparaîtra, les Juifs n’auront, de prime abord, aucune raison de se méfier de lui.

Le roi David en parle dans l’un de ses psaumes prophétiques :

Psaume 55

Ô Dieu! Prête l'oreille à ma requête, et ne te cache point loin de ma supplication. Écoute-moi... à cause du bruit que fait l'ennemi, [et] à cause de l'oppression du méchant; car ils font tomber sur moi l’outrage, et ils me haïssent jusques à la fureur. Mon cœur est au-dedans de moi comme en enfantement, et des frayeurs mortelles sont tombées sur moi. La crainte et le tremblement se sont jetés sur moi, et l'épouvantement m'a couvert. Et j'ai dit : Ô qui me donnerait des ailes de pigeon? Je m'envolerais... je m'enfuirais bien loin, et je me tiendrais au désert…Je me hâterais de fuir... car ce n'est pas mon ennemi qui m'a diffamé, autrement je l'aurais supporté, ce n'est point celui qui m'a en haine qui s'est élevé contre moi, autrement je me serais caché de lui. Mais c'est toi, mon égal, mon gouverneur, mon ami; Qui prenions plaisir à communiquer [nos] secrets ensemble, [et] qui allions en compagnie à la maison de Dieu. Que la mort se jette sur eux ! Qu'ils descendent tous vifs dans l’abîme ! Car il n'y a que le mal au milieu d'eux... Le [Dieu] Fort l'entendra, et les accablera; car il préside depuis toujours… Parce qu'il n'y a point de changement en eux, et qu'ils ne craignent point Dieu. [Chacun d'eux] a jeté ses mains sur ceux qui vivaient paisiblement avec lui, [et] a violé son accord. Les paroles de sa bouche sont plus douces que le beurre, mais la guerre est dans son cœur; ses paroles sont plus douces que l'huile, néanmoins elles sont tout autant d'épées nues. Rejette ta charge sur l’Éternel, et il te soulagera : il ne permettra jamais que le juste tombe. Mais toi, ô Dieu! Tu les précipiteras au puits de la perdition : les hommes sanguinaires et trompeurs ne parviendront point à la moitié de leurs jours...

Dans l'Aggada, qui fait partie du Talmud (lois juives de tradition orale), il y a de nombreuses références aux exploits d'Alexandre, dont la localisation de la porte (l’entrée) du jardin d’Éden, par laquelle il ne fut pas autorisé à entrer.

Il y est aussi mentionné sa visite au pays des Amazones, et son souhait d'entrer dans le Saint des Saints, avant qu'un sage l'en dissuade (comparez avec 2 Thessaloniciens 2 : 4 & Matthieu 24 :15).

Lors de son apparition future en tant qu’Antichrist, c'est exactement ce qu'il fera. Il entrera dans le Saint des Saints et se proclamera «Dieu». (2 Thessaloniciens 2 : 4).

Judas rendra obligatoire l'adoration de l'image d'Alexandre, sous peine de mort. Peut-être placera-t-il sa statue dans le troisième Temple juif, de la même manière qu’Antiochus y plaça celle de Zeus.

Alexandre visita le Temple d'Amon, et son oracle, dans le désert de Libye (le dieu Égyptien Amon est Zeus pour les Grecs, Jupiter pour les Romains). Les prêtres lui dirent qu'il était «le fils de Dieu» (Amon Zeus était considéré comme la divinité suprême).

Sans doute a-t-il reçu avec plaisir une telle confirmation de sa conception surnaturelle.

Ils lui dirent aussi qu'il avait déjà conquis le monde et qu'il le ferait à nouveau.

Dès le départ, Alexandre envisageait une opération à l'échelle mondiale.

Son grand rêve était d'unir le monde, comme un seul pays, qui bien sûr, porterait son nom. Il aura bientôt ce qu'il désire, bien que brièvement… (Apocalypse 13 : 3-7).

Il a appelé de nombreuses villes «Alexandrie», dont la plus connue se trouve en Égypte, et où certains pensent qu'il fut enterré. Il a choisi parmi toutes, la ville de Babylone (en Irak), pour en faire sa capitale, et il fit des plans pour la rebâtir à l'image de sa gloire passée.

C'est à Babylone qu'il mourut le 13 juin de l'an 323 avant Jésus-Christ.

Voici comment Ésaïe a prophétisé à ce sujet :

Ésaïe 14 : 4-11, 15-21

Alors tu prononceras ce chant sur le roi de Babylone, et tu diras : quoi ! Le tyran n'est plus ! L'oppression a cessé ! L’Éternel a brisé le bâton des méchants, la verge des dominateurs. Celui qui dans sa fureur frappait les peuples, par des coups sans relâche, celui qui dans sa colère subjuguait les nations, est poursuivi sans ménagement. Toute la terre jouit du repos et de la paix; on éclate en chants d'allégresse, les cyprès même, les cèdres du Liban, se réjouissent de ta chute: depuis que tu es tombé, personne ne monte pour nous abattre. Le séjour des morts s'émeut jusque dans ses profondeurs, pour t'accueillir à ton arrivée; il réveille devant toi les ombres, tous les grands de la terre, il fait lever de leurs trônes tous les rois des nations. Tous prennent la parole pour te dire : toi aussi, tu es sans force comme nous, tu es devenu semblable à nous ! Ta magnificence est descendue dans le séjour des morts, avec le son de tes luths; sous toi est une couche de vers, et les vers sont ta couverture... Mais tu as été précipité dans le séjour des morts, dans les profondeurs de la fosse. Ceux qui te voient fixent sur toi leurs regards, ils te considèrent attentivement : est-ce là cet homme qui faisait trembler la terre, qui ébranlait les royaumes, qui réduisait le monde en désert, qui ravageait les villes, et ne relâchait point ses prisonniers ? Tous les rois des nations, oui, tous, reposent avec honneur, chacun dans son tombeau. Mais toi, tu as été jeté loin de ton sépulcre, comme un rameau qu'on dédaigne, comme une dépouille de gens tués à coups d'épée, et précipités sur les pierres d'une fosse, comme un cadavre foulé aux pieds. Tu n'es pas réuni à eux dans le sépulcre, car tu as détruit ton pays, tu as fait périr ton peuple: on ne parlera plus jamais de la race des méchants. Préparez le massacre des fils, à cause de l'iniquité de leurs pères ! Qu'ils ne se relèvent pas pour conquérir la terre, et remplir le monde d'ennemis !

En accomplissement de cette incroyable prophétie, tous les enfants d'Alexandre, celui qu'il eut avec Barsine et celui qu'il eut avec Roxane, furent tués peu après sa mort, par des rivaux du trône.

Cette prophétie s'aligne parfaitement avec Apocalypse 17 : 8 qui dit que l'Antichrist sortira de l’abîme, ressuscitant après avoir été «rejeté de la tombe».

Alexandre portait une grande attention à sa propre image. Il n'autorisait que son peintre personnel, Apelles, ainsi que son sculpteur, Lysippe, à faire des portraits de lui. Il est dit des sculptures de Lysippe qu'elles sont celles qui reproduisent le plus fidèlement son apparence.

Il est clair qu'il voulait que son image soit préservée pour les générations à venir. Lorsqu'il réapparaîtra, ressuscité, les gens n'auront aucune difficulté à le reconnaître.

Ceci est en accord avec Apocalypse 13 : 14-15 où l'on voit que Judas ordonnera qu'une statue d'Alexandre soit faite. Puis, il l’a rendra «vivante» surnaturellement.

Des années après la mort d'Alexandre, qui était connu pour sa cruauté et sa férocité, Cassandre, le fils d'un de ses généraux, ne pouvait pas passer devant sa statue à Delphes sans frissonner.

Si une simple statue peut inspirer tant de crainte, même après la mort d'Alexandre, imaginez ce que sa présence va inspirer après sa résurrection.

Cela correspond parfaitement à la description faite en Daniel 8 : 23 au sujet du roi qui a «un visage inspirant la crainte».

Alexandre ne laissait personne se mettre en travers de son chemin. Il n'hésitait pas un instant à ordonner l’exécution des «amis» en qui il avait le plus confiance, incluant ses officiers et même Parménion, son commandant en second.

Dès qu'il avait pris le pouvoir, y compris dans son propre pays, il éliminait tout rival potentiel et tous ceux qui s'opposaient à lui.

La résistance à sa conquête d'une ville, ou d'une province, se soldait par un terrible carnage, de sauvages punitions, et des milliers de femmes et d'enfants vendus comme esclaves.

Ses actions impitoyables répandaient l'horreur. L'une des formes d'exécution qu'il utilisait souvent, et ce n'est pas un hasard, c'était la crucifixion.

En juillet 332 avant Jésus-Christ, après sa conquête de Tyr, qui est considérée par beaucoup comme sa réussite militaire la plus importante, il massacra 8'000 personnes, en crucifia 2'000 et en vendit 30'000 autres comme esclaves.

La prochaine fois qu'il régnera sur le monde, il se pourrait qu'il crucifie les deux témoins. Il mettra à mort tous ceux qui s'opposeront à lui, refuseront de l'adorer, ou de porter sa marque.

Le prophète Ézéchiel le dit de la façon suivante :

Ézéchiel 28 : 2-10

Fils de l'homme, dis au prince de Tyr, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : ton cœur s'est élevé, et tu as dit : je suis Dieu, je suis assis sur le siège de Dieu… toi, tu es un homme et non Dieu, et tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu. Voici, tu es plus sage que Daniel, rien de secret n'est caché pour toi. Par ta sagesse et par ton intelligence, tu t'es acquis des richesses, tu as amassé de l'or et de l'argent dans tes trésors; par ta grande sagesse et par ton commerce, tu as accru tes richesses, et par tes richesses, ton cœur s'est élevé. C'est pourquoi, ainsi parle le Seigneur, l’Éternel : parce que tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu, voici, je ferai venir contre toi des étrangers, les plus violents d'entre les peuples. Ils tireront l'épée contre ton éclatante sagesse, et ils souilleront ta beauté. Ils te précipiteront dans la fosse, et tu mourras comme ceux qui tombent percés de coups, au milieu des mers. En face de ton meurtrier, diras-tu : je suis Dieu ? Tu seras homme et non Dieu sous la main de celui qui te tuera. Tu mourras les morts des incirconcis par la main des étrangers (notez que «morts» est au pluriel, indiquant qu'il mourra plusieurs fois), car moi, j'ai parlé, dit le Seigneur, l’Éternel.

La nature vindicative d'Alexandre est fort bien documentée. A Persépolis, il détruisit complètement le magnifique palais construit par le roi perse Xerxès (le mari d'Esther, qui avait envahi la Grèce), dans le seul but de se venger.

Au lieu de s'approprier et de préserver la richesse, la grandeur, et l'opulence de ce palais, il le réduisit en cendres. Exactement ce que lui et ses «10 cornes-rois» feront à Rome et à ses trésors sans prix dans le futur : «Qu'elle soit consumée par le feu» (voir Apocalypse 17 : 16, 18 : 8, 9 & 18), sauf que cette fois-ci, il s'agira d'un feu plus sophistiqué.

On peut dire qu’il va y avoir beaucoup de «feu» dans le futur d’Alexandre.

Lors de ses expéditions, Alexandre était toujours accompagné par des géographes, botanistes, et d'autres hommes de science, ainsi que des géomètres, des ingénieurs, architectes, et historiens. L'historien grec Arrien rapportait en détail le déroulement de ses campagnes militaires. Il parait évident qu'il voulait laisser son empreinte dans d'autres domaines que la politique ou le militaire.

En plus de ses grands exploits, il voulait que ses contributions culturelles et scientifiques soient reconnues, et passent à la postérité.

L'échange de courrier entre Alexandre et Darius III (le roi perse qu'Alexandre avait vaincu, et dont l'Empire fut conquis) est bien documenté, et fut diffusé largement. Ces échanges sont très révélateurs.

Dans les réponses d'Alexandre aux lettres de Darius, les croyances qu'il avait sur sa propre personne sont manifestes.

Dans l'une d'elle, Darius lui envoya une lettre sarcastique, accompagnée de «cadeaux», dont une balle, afin qu'Alexandre puisse «jouer avec un jouet approprié à son âge».

Alexandre lui répondit qu'il considérait son cadeau comme «un bon présage». La balle, dit-il, indique que la surface et la circonférence de la terre seront soumises à mes lieutenants.

Un autre extrait de ses lettres à Darius dit :

Comment est-il possible qu'un individu destiné à mourir et à se décomposer (comme toi, Darius) prétende être un dieu (comme moi) ?...

Un autre extrait :

A chaque fois que tu à l'occasion d'écrire à Alexandre, rappelle-toi que tu ne t'adresse pas seulement à un roi, mais à ton roi !

Alexandre disait être «roi des rois».

Parmi les conquérants, Alexandre est dans une classe à part. Il est le plus célèbre conquérant de tous les temps.

Il a été envié et admiré par des hommes tels qu'Hannibal, César, Napoléon, et Georges Patton.

Jules César pleura quand il lut ce que le Macédonien avait accompli à l'âge de 33 ans. Se comparant à lui, il se considéra comme un raté.

Alexandre pouvait devancer la pensée et les manœuvres de n'importe quel rival. A un certain moment, et bien qu'il dispose d’une grande et coûteuse flottille, il refusa d'entrer en conflit naval avec les Perses. Il déclara : «- Je vaincrai la flottille perse à terre.» C'est ce qu'il fit en occupant les villes côtières.

Il était célèbre pour sa volonté inflexible. Il refusa tout ce que Darius lui offrait en échange de la paix. Alors que le siège de sept mois de la ville de Tyr était en cours, Darius lui fit une nouvelle offre, pensant qu'Alexandre ne pourrait pas la refuser. Il proposa de lui payer une énorme rançon de 10'000 talents pour le retour de sa famille (ils avaient été fait prisonniers) et de lui donner tous les territoires à l'ouest de l'Euphrate.

Parménion, son commandant en second lui dit : «- Si j'étais Alexandre, j'accepterais». Alexandre lui répondit d'un réplique devenue célèbre : «- Moi aussi... si j'étais Parménion».

Afin d'établir sa gouvernance dans le domaine financier, il créa une organisation centralisée et introduisit un nouveau système monétaire uniformisé.

Il fit de nouvelles pièces en argent, standardisée à tout son Empire, et donna un «coup de fouet» à une économie moribonde.

Il fit la promotion des échanges et du commerce.

Il avait aussi des idées sur la manière de créer une race supérieure, par mariages interraciaux.

Il survécut à de nombreuses blessures, mais deux d'entre elles furent particulièrement graves. A Gaza, une épée blessa son épaule et l'affaiblit.

Une blessure mortelle lui fut infligée en Inde, à Malli, près de la rivière Ravi, lorsqu’une flèche de 99 cm lui traversa la poitrine (Apocalypse 13 : 14). Il tomba et fut laissé pour mort. Mais il se releva miraculeusement, suscitant la louange et les acclamations de ses troupes.

Le mot «machaira», utilisé en Apocalypse 13 : 14, fait référence à une petite épée ou à un grand couteau. Après ce qu’il a déjà enduré, et après sa résurrection d’entre les morts, Alexandre sera certainement poignardé mortellement par une telle arme, et y survivra, dissipant ainsi tous doutes concernant son identité, et son immortalité.

La raison de sa mort prématurée à l’âge de 33 ans (l’âge auquel Jésus fut crucifié) demeure mystérieuse. Certains attribuent sa mort à une forte fièvre résultant de ses longues marches et des blessures qui lui ont été infligées pendant le combat, le tout, aggravé par ses orgies coutumières. Certains disent qu’il a eu la malaria, d’autres que c’était le virus du Nil, ou la fièvre typhoïde.

Certains croient qu’il a été empoisonné par un ou plusieurs de ses généraux qui voulaient s’emparer de son Empire. Cette théorie peut être soutenue par le fait que son Empire fut divisé ensuite entre ses généraux. Ils exécutèrent également le fils d’Alexandre, qui aurait pu lui succéder en tant qu’héritier du trône (voir Ésaïe 14 : 20-21 & Daniel 11 : 4).

Alors qu’il était sur son lit de mort, ses hommes consultèrent le dieu Serapis, «dieu du monde inférieur» (ou dieu de l’abîme). (Apocalypse 9 : 11, 11 : 7 et 17 : 8). Le dieu leur dit de «laisser Alexandre s’en aller» (de ne pas interférer avec sa mort). C’est de cet abîme qu’il sortira, ressuscité.

Juste avant de mourir, ses quatre généraux lui demandèrent : - «A qui laisseras-tu ton Empire…? ». Avec un sourire sardonique et énigmatique, il leur répondit : - «Au plus fort».

Savait-il à ce moment là ce que l’avenir lui réservait ? Dieu seul le sait.

Son corps ne s’est pas décomposé. Par conséquent, lorsqu’il réapparaîtra, il sera en mesure de clamer, comme Jésus, l’incorruptibilité et l’immortalité.

Il fut placé dans un cercueil en or, à Alexandrie, en Égypte, d’où il disparut mystérieusement quelques temps après, peut-être au 3ème siècle avant Jésus-Christ. Ce qu’il est devenu n’est pas connu à ce jour (voir Ésaïe 14 : 18-20).

Alexandrie se situe au bord de la mer méditerranée d’où il émergera, ressuscité, dans un avenir proche. (Apocalypse 13 : 11).

Contrairement aux autres conquérants, qui se contentaient seulement de territoires et de richesses, Alexandre voulait quelque chose de plus, il voulait le cœur des hommes (à comparer avec Apocalypse 13 : 4, 15, 16).

Il croyait aussi que «seul un roi peut tuer un roi» (comparez avec Apocalypse 16 : 4 et 19 : 11-21).

Alexandre voulait être le maître de tout. Il était un politicien habile. Cinq cultures obéissaient à son commandement.

Il croyait qu’il pouvait tout faire.

Arrien écrivit que «s’il n’y avait plus eu de concurrence, Alexandre se serait fait concurrence à lui-même».

Un passage de l’Iliade d’Homère était devenu son expression favorite : «Être toujours le meilleur, bien en dessus des autres».

Sa mort à un âge aussi précoce ne lui permit pas d’accomplir tout ce qu’il aurait voulu. Qu’aurait-il été capable de réaliser s’il avait vécu plus longtemps ?

Si vous êtes impatients, comme moi, vous pouvez lire le reste de ce livre. Vous pouvez aussi étudier le livre de Daniel ainsi que l’Apocalypse.

Sinon, il vous faudra attendre de voir ce qui va se passer.

 


Chapitre 13


 

Le retour de l’Antichrist

 

La Bible nous dit depuis longtemps qu’Alexandre va revenir.

Le fait que l’Establishment de la prophétie aie raté cette information nous prouve ô combien ils sont aveugles et malavisés dans leurs spéculations sans fin.

Ils étaient bien trop occupés à fabriquer des fables, ou à jouer aux devinettes en ajoutant la valeur numérique de lettres (malgré le fait que la Bible ne nous dise pas de le faire).

La Bible dit qu’il faut de la «sagesse» pour comprendre ces choses. Il n’y a pas de plus grande source de sagesse que la Parole de Dieu et l’Esprit de Dieu.

Il faut également avoir une motivation pure.

Si votre objectif est d’identifier l’homme de péché afin d’écrire un livre qui vous rapportera des millions, ce n’est pas une motivation pure.

Si votre motivation est de pouvoir vous vanter d’avoir été le premier à découvrir son identité, ce n’est pas pur non plus, c’est même charnel et immature.

Une motivation pure, c’est de faire la volonté de Dieu, de répondre à son appel sur votre vie et votre ministère, de mettre à disposition des informations importantes, aux saints et aux pêcheurs, quand Dieu vous dit de le faire.

Je connais l’identité de l’Antichrist depuis 1991. Pourquoi suis-je donc resté là, sans rien dire, pendant toutes ces années ? Tout simplement parce que Dieu m’a montré que ce n’était pas encore le temps de révéler son identité.

Pourquoi est-ce que je la rends publique maintenant (en 2008) ? Parce qu’il m’a convaincu, par son Esprit, que le temps était venu de le faire.

Le livre de Daniel ne nous révèle pas seulement qui est l’Antichrist, mais il nous dit, très clairement, qu’il va revenir.

Le livre de Daniel est, en quelque sorte, la colonne vertébrale et le tremplin de toutes les prophéties de la Bible relatives à la fin des temps.

Lorsqu’on lui demande quels seront les signes de la fin, Jésus ne dit pas à ses disciples de se référer à Ésaïe, à Jérémie ou à Ézéchiel, mais à Daniel (Matthieu 24 : 15).

Il y a une autre raison qui fait que le livre de Daniel en a trompé plus d’un :

Daniel 12 : 9

Il répondit : va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin.

Cet aspect du livre de Daniel est si important que l’Apocalypse le souligne ainsi :

Apocalypse 5 : 1-5

Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône, un Livre... scellé de sept sceaux. Je vis aussi un Ange remarquable par sa force, qui criait à haute voix : qui est-ce qui est digne d'ouvrir le Livre, et d'en délier les sceaux ? Mais nul ne pouvait, ni dans le Ciel, ni sur la terre, ni au-dessous de la terre, ouvrir le Livre, ni le regarder. Et moi, Jean, je pleurais beaucoup, parce que personne n'était trouvé digne d'ouvrir le Livre, ni de le lire, ni de le regarder. Et l'un des Anciens me dit : ne pleure plus; voici, (Jésus) le Lion qui est de la Tribu de Juda, la racine de David, a vaincu pour ouvrir le Livre, et pour en délier les sept sceaux.

Le livre de Daniel a été scellé sur ordre de Jésus lui-même, et c’est Lui seul qui pourra ouvrir les sceaux, ce qu’il fait en Apocalypse 6 : 4.

Exprimé de manière simple, l’Apocalypse est la révélation du contenu qui a été scellé dans le livre de Daniel.

Daniel 12 : 4

Et toi, Daniel, cache les paroles et scelle le livre jusqu'au temps de la fin. Plusieurs courront çà et là; et la connaissance (à propos du livre) augmentera.

Certains pensent que «courir ça et là» fait référence à la possibilité de voyager facilement. Bien que cela puisse en faire partie, cela fait premièrement référence à la capacité de réunir des informations. Grâce à la technologie moderne, nous pouvons «courir ça et là», dans le monde entier, en quelques secondes. Ce qui, à l’époque, aurait pris d’interminables heures de recherches, est effectué aujourd’hui, en quelques clics de souris.

Le fait que le livre de Daniel ne soit plus scellé est une preuve que nous sommes entrés dans les temps de la fin.

Voici ce que Daniel dit sur l’Antichrist :

Le désir des femmes

Daniel 11 : 37

Et il ne se souciera point des dieux de ses pères, ni du désir des femmes et n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous.

En se basant sur ce verset, certaines personnes prétendent que l'Antichrist sera homosexuel. D'autres insistent en disant que le «désir des femmes» se rapporte au Messie, dans le sens que les femmes juives désiraient lui donner naissance. Qui a raison ?

Dans le contexte, cela fait référence au Messie.

Si vous remplacez le «désir des femmes» par le «Messie», cela s'intègre parfaitement au contexte, pas si vous le remplacer par l'homosexualité :

…Il ne se souciera point des dieux de ses pères, ni du Messie, et n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous.

Cette phrase a du sens, n’es-ce pas ?

Il ne se souciera point des dieux de ses pères, il n’aura pas de désir pour les femmes, et n'aura égard à aucun dieu, car il se glorifiera au-dessus de tous.

Cette phrase n'a pas beaucoup de sens, n'es-ce pas ? Comment peut-on passer de l'adoration divine à l'homosexualité, puis revenir à nouveau à l'adoration, le tout dans la même phrase ? Ça ne colle pas du tout.

Toutefois, laissons à chacun le bénéfice du doute. De toute façon, notre homme satisfait aux exigences des deux cas de figure.

Il ne se souciera pas du Messie (le Christ). C’est une évidence ! C'est bien pour cette raison qu'il est appelé «anti-Christ». Le Saint-Esprit est si précis !

Mais il pratiquait également l'homosexualité. Il est connu de tous qu'Alexandre avait au moins deux partenaires sexuels masculins : son ami de longue date, Héphaestion, et un eunuque perse du nom de Bagoas.

Bien qu'il ait eu une maîtresse nommée Barsine, puis qu'il se soit marié avec la princesse perse Roxane, il s'agissait plus d'un mariage politique. Il ne semblait pas intéressé à engendrer un héritier et successeur au trône, mais l'a fait, certainement mis sous pression par ses ministres.

L'enfant qui naquit par Roxane avait 8 mois, quand Alexandre est mort. Lui et sa mère furent assassinés peu de temps après par des prétendants au trône. Le fils qu'il eut avec Barsine avait  déjà subi le même sort de la main de Roxane.

 

L'abomination qui cause la désolation.

Jésus a averti ses compatriotes juifs que lorsqu'ils verraient l'abomination qui cause la désolation, annoncée par le prophète Daniel, se tenant dans le lieu saint, ils devaient fuir immédiatement dans le désert de Judée, en laissant tout derrière eux.

Jésus y ajouta cet avertissement spécifique : «que le lecteur fasse attention !»

A quoi Jésus faisait-il référence ?

L’Establishment de la prophétie a souvent passé sur ce point important en y donnant une réponse floue, ou s'est perdu dans les limbes, en spéculant qu'il s'agit du «Dôme du Rocher», se tenant sur ce qui a été incorrectement appelé le «Mont du Temple».

Les anciens Temples n'ont jamais été érigés à cet endroit.

Ils étaient construits au sud du Dôme, dans la zone appelée Ophel, sur la source Gihôn.

Et même s'ils avaient été construits sur le Mont du Temple, le Dôme n'est pas une idole. Le Dôme est un lieu saint. Personne n'adore le Dôme.

Le Dôme a été érigé en l'an 691 après Jésus-Christ. Selon la Bible, l'abomination qui cause la désolation ne subsistera pas plus de 3 ½ années (1'290 jours, Daniel 12 : 11). Il est donc impossible que le Dôme soit ce dont Daniel a parlé.

Les gourous de la prophétie peuvent écrire un million de livres, et égarer leurs lecteurs... cela reste faux et non biblique.

Pour comprendre ce dont Daniel a parlé, il nous faut savoir exactement de quelle «abomination qui cause la désolation» il s'agit.

L'historien Josèphe, et le livre historique de 1 Macchabée, racontent que le méchant Antiochus Épiphane a mis fin aux sacrifices dans le Temple juif, y a placé une idole, une statue de Jupiter (Zeus pour les Grecs) sur l'autel des sacrifices. Il a ensuite sacrifié des cochons à l'idole, a répandu leur bouillon tout autour du Temple, et a même forcé quelques prêtres du Temple à en boire.

C'était bien sûr une abomination aux yeux de Dieu, ainsi que pour les Juifs, car l’idolâtrie est interdite, et les cochons ne sont jamais utilisés pour les sacrifices car ils sont considérés comme «impurs».

Cette abomination a causé la désolation du Temple. Le terme «désolation» signifie «vidé de ses habitants ou de ses visiteurs, oublié, abandonné, déserté». C'est exactement ce qui s'est passé. Les Juifs fidèles furent horrifiés par cette abomination, et s'enfuirent dans le désert de Judée pour échapper à la persécution. Jérusalem et le Temple furent désertés. Cette abomination provoqua la désolation de la ville et du Temple.

Voici comment 1 Macchabée décrit cela :

Les habitants de Jérusalem s'enfuirent à cause d'elle (l’abomination); Jérusalem devint la demeure des étrangers, et elle fut étrangère à sa propre race, et ses enfants l'abandonnèrent. Son sanctuaire fut désolé comme une solitude; ses jours de fête se changèrent en pleurs, ses sabbats en opprobre, et ses honneurs furent anéantis. Son ignominie se multiplia à l'égal de sa gloire, et son élévation se changea en deuil.

L’Histoire se répétera quand Alexandre entrera dans le Temple, qui devrait être rebâti à la moitié de la Tribulation. Alexandre, s'asseyant là, et se déclarant Dieu, exigera d’être adoré (2 Thessaloniciens 2 : 4, Apocalypse 11 : 1, 7).

Judas ordonnera l'adoration de l'image d'Alexandre. Il n'est pas explicitement mentionné qu'il  placera cette statue au sommet de l'autel des sacrifices, comme Antiochus le fit avec Jupiter, mais on peut le supposer, sans toutefois être sûr de cela.

Alexandre s’assiéra dans le Temple de Dieu, mais il n'y restera pas, car il sera préoccupé par la gouvernance du monde et la préparation de la bataille d'Armageddon.

 

L'alliance

Depuis que C.I. Scofield a rendu populaire la théorie du «traité de paix de 7 ans», (il y a 91 ans de cela), l'Establishment de la prophétie l'a pris au mot, l'élevant au pinacle, sans se soucier de ce que les Écritures enseignent à ce propos.

L’Antichrist ne signera aucun «traité de paix de 7 ans» avec qui que ce soit, c'est un mensonge non scripturaire.

Daniel 9 : 27 ne dit rien de ce genre. La prophétie des 70 semaines n'a rien à voir avec l'Antichrist, elle concerne le Christ.

Les versets 25 et 26 qui précèdent, font référence à Jérusalem, au Messie, et à sa mort expiatoire. Le verset 26 fait également référence à la destruction du Temple par les Romains qui a eu lieu en l'an 70 après Jésus-Christ.

La prophétie disant : «le prince qui va venir, détruira la ville et le sanctuaire (le Temple)» s'est réalisée, dans les moindres détails, lorsque Titus détruisit complètement Jérusalem et le second Temple.

Selon l'historien Josèphe, témoin oculaire de cet événement, la destruction fut telle que s'il n'avait pas vu de ses yeux qu'une ville se tenait là auparavant, il ne l’aurait jamais cru.

Dans le contexte, lorsque le verset 27 dit : «il confirmera», il n'y a que deux interprétations  possibles :

Que cela parle du Messie, qui est le sujet des deux versets précédents, ou du prince, qui détruira la ville et le Temple; c'est soit l'un, soit l'autre.

Donc, votre seul choix et de croire que c'est le Messie qui a confirmé l'alliance, ou alors que Titus, qui a dévasté Jérusalem et le Temple en 70 après Jésus-Christ, reviendra un jour comme Antichrist pour signer un traité de paix de 7 ans avec les Juifs (qui, aujourd'hui encore, le méprisent pour ce qu’il a fait).

Le mot «paix» n’apparaît nulle part dans ce verset.

Le mot «traité» n'y est pas non plus.

Le mot «Antichrist» n’apparaît pas ici, ni aucun mot qui fasse référence à l'Antichrist.

Le mot «confirmer» est «gabar» qui signifie «fortifier». Celui qui est concerné par ce texte va donc fortifier (ou «confirmer» ou «ratifier») une alliance préexistante, puisqu'en toute logique, il n'est pas possible de «fortifier» quelque chose qui n'existe pas encore.

Le mot hébreu pour «alliance» est «beriyth» et ne fait aucunement référence à un «traité» du monde mais à l'alliance éternelle que Dieu a faite avec Abraham et sa semence, alliance que Jésus fortifia ou confirma, par son sang, quelque 600 ans après que ce verset ait été écrit, réalisant ainsi parfaitement la prophétie.

C'est exactement le même mot qui est utilisé dans le chapitre précédent (Daniel 9 : 4) à propos de l'alliance conclue avec Abraham. Le même mot (beriyth), est utilisé de manière répétée, en Genèse 17, à propos de l'alliance éternelle que Dieu fait avec Abraham et sa semence.

Il n'y aura donc aucun traité de paix de 7 ans, quel qu'il soit et avec qui que ce soit.

C'est le Messie qui fit que «les sacrifices et oblations cessent...» car depuis son sacrifice à la croix, Dieu n'accepte plus les sacrifices offerts par l'homme au Temple.

S'il devait subsister le moindre doute, l'apôtre Paul nous dit que c'est le Messie qui a confirmé l'alliance :

Galates 3 : 15-17

Mes frères, je vais vous parler à la manière des hommes. Si une alliance faite par un homme est confirmée, nul ne la casse, ni n'y ajoute. Or les promesses ont été faites à Abraham, et à sa semence; il n'est pas dit, et aux semences, comme s'il avait parlé de plusieurs, mais comme parlant d'une seule, et à sa semence : qui est Christ. Voici donc ce que je dis : c'est que quant à l'alliance qui a été auparavant confirmée par Dieu en Christ, la Loi qui est venue quatre cent-trente ans après, ne peut point l'annuler, pour abolir la promesse.

N'attendez pas un «traité de paix de 7 ans» car il n'y en aura aucun.

 

Le Grand

Dans les chapitres 7 et 8 seulement, il est fait 11 fois référence à l'Antichrist en utilisant le mot «grand» ou un dérivé. Dans le chapitre 11, il y a encore 7 références.

Soit Dieu dispose d'un vocabulaire très limité, soit il essaie de nous dire que le mot «grand» convient particulièrement bien à cet individu.

Bien que d'autres monarques aient également adopté ce titre, ce qu'ils ont accompli n'atteint de loin pas ce qu'Alexandre a fait.

Dès lors, on ne peut attribuer la «grandeur» a aucun d'entre eux.

 

Vaillant défenseur

Daniel 7 : 19-20 déclare :

Alors je voulus savoir la vérité à propos de... la corne... qui avait des yeux, et une bouche qui proférait de grandes choses; et de ce que son apparence était plus vaillante que celle de ses compagnes.

Le mot hébreu pour «vaillante» est «rab», ce qui signifie «grand» ou «plus grand que».

La racine première d'où provient ce mot est «ruwb», signifiant «adversaire» ou «défenseur». Le nom d'Alexandre (Alexandros) veut dire : «défenseur des hommes».

Nous avons ici, non pas un, mais deux noms qui sont contenus dans le nom d'Alexandre, soit «grand» et «défenseur», qui sont utilisés pour décrire l'Antichrist.

Je vous l'avais dit, le Saint-Esprit est précis...

 

Sa volonté

Les versets de Daniel 11 : 3, en référence à Alexandre et ceux de Daniel 11 : 36, en référence à l'Antichrist, disent tous deux qu'il «fera selon sa volonté».

 

La corne

Daniel 7 : 8 parle de l'Antichrist comme d'une «petite corne» qui proférait de grandes choses.

De même, Daniel 7 : 11 l'appelle «la corne», et Daniel 7 : 21 «la même corne». Daniel 7 : 20 l'appelle «l'autre corne» et «la même corne».

Le chapitre 7 fait référence 5 fois à l'Antichrist en tant que corne.

Dans le chapitre suivant, chapitre 8, Dieu donne à Daniel la seconde partie de la vision (la première partie étant le chapitre 7), et révèle qui est «la corne» :

Daniel 8 : 21

Le bouc, c'est le roi de Grèce, La grande corne entre ses yeux, c'est le premier roi (Alexandre).

Sans équivoque, il identifie «la corne» comme étant Alexandre.

La seule fois dans toute la Bible qu'un individu est décrit comme étant «une corne», autrement qu'en parlant directement de l'Antichrist, c'est dans le cas d'Alexandre.

 

Le bouc

Alexandre est dépeint comme un bouc, ce qui a toujours été, depuis l'antiquité, le symbole de Satan.

 

Royaume de bronze

Babylone était représentée par de l'or, la Perse par de l'argent, la Grèce par le bronze (voir Daniel 2 : 32, 39). Le mot pour «bronze», en hébreu, est «nachosheth». C'est un dérivé du mot hébreu qui veut dire «serpent» (nachash), utilisé en Genèse 3 : 1 où il est dit : «Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs... il dit à la femme...».

Le royaume d'Alexandre est donc le royaume du serpent.

Cela semble évident puisqu'il est la semence du serpent, son père, comme prophétisé en Genèse 3 : 15.

Lorsqu’Alexandre régnera à nouveau, le dragon (serpent, Satan) sera adoré (Apocalypse 13 : 4).

 

Orteils de bronze

En Daniel 2 : 41-42, il nous est dit que les «10 orteils» de l'image sont les 10 rois sur lesquels l'Antichrist régnera au début. Toutefois, rien ne nous est dit à propos des ongles d’orteils, avant Daniel 7 : 19, où l'on nous dit que la Bête a (dix) «ongles de bronze».

Ceci nous indique, à nouveau, que le royaume final (de Gentils) sera de Grèce, et du serpent.

 

Toute la terre

Par rapport à ce royaume de bronze, Daniel 2 : 39 dit qu’il «établira son règne sur toute la terre». Il n'a pas dit cela par rapport à Babylone, la Perse ou même Rome. Il fait cette déclaration uniquement en connexion avec le royaume d'Alexandre (comparez à Apocalypse 13 : 7, 16 : 14 & 17 : 8). C'est remarquable !

 

Successeurs

Les chapitres 8 & 11 du livre de Daniel parlent d'Alexandre le Grand et de ses successeurs. Dans les deux cas, il est indiqué que l'Antichrist procédera à partir de sa dynastie politique :

Daniel 8 : 21-25

Le... bouc est le roi de Grèce : et la grande corne... est le premier roi de Grèce (Alexandre). Puis, ce sont quatre royaumes qui s'élèveront de cette nation, mais qui n'auront pas autant de force. Vers la fin de leur règne s'élèvera un roi au visage inspirant la crainte. Sa puissance s’accroîtra, mais non par sa propre force… il détruira… le peuple des saints. Il s'élèvera en son cœur... Il se lèvera aussi contre le Prince des princes, mais il sera brisé...

Daniel 11 : 2-4

Maintenant, je vais te faire connaître la vérité. Voici, il y aura encore trois rois en Perse. Le quatrième (Xerxès, roi de Perse) amassera plus de richesses que tous les autres; et quand il sera puissant par ses richesses, il soulèvera tout le monde contre le royaume de Grèce.Mais il s'élèvera un vaillant roi (en Grèce, Alexandre), qui dominera avec une grande puissance, et fera ce qu'il voudra.Et lorsqu'il se sera élevé, son royaume se brisera et sera divisé vers les quatre vents des cieux...(les versets qui suivent, 5-27, parlent des deux dynasties principales qui émergent du royaume d'Alexandre : «le roi du sud» (les Ptolémées en Égypte) et «le roi du nord» (les Séleucides en Syrie). Le verset 28 est une narration à propos de l'Antichrist.

Daniel 11 : 2-36

Le roi fera ce qu'il voudra; il s'élèvera, il se glorifiera au-dessus de tous les dieux, et il dira des choses incroyables contre le Dieu des dieux; il prospérera jusqu'à ce que la colère soit passée...

Nous voyons bien qu'Alexandre est la figure centrale des prophéties relatives à l'Antichrist.

Si Alexandre n'avait pas existé, il ne pourrait y avoir d'Antichrist. Pourquoi ? Parce qu'Alexandre, lui-même, est l'Antichrist. Sa première venue a juste préparé le terrain pour sa seconde venue.

 

Un léopard

La parole de Dieu décrit avec précision qu’Alexandre est comme «un léopard».

Les deux caractéristiques saillantes des léopards sont leur origine hybride et leur rapidité. Les deux s'appliquent exclusivement à Alexandre.

Les léopards résultent de l'accouplement d'un lion avec une panthère, d’où, leo (lion) et pardo (panthère mâle).

Alexandre est aussi un hybride car sa conception maculée est le fruit de la relation sexuelle que sa mère Olympias eu avec un serpent.

Alexandre a conquis plus de territoires, et plus rapidement qu'aucun homme dans l'Histoire. Il devint roi de la Grèce à l'âge de 20 ans, et, à l'âge de 25 ans, il régnait sur tout le monde connu de l'époque. A un certain moment, il pleura, car «il n'y avait plus de mondes à conquérir».

S'il a été capable d'accomplir cela entre l'an 336 et 323 avant Jésus-Christ, imaginez un instant ce dont il sera capable dans notre ère moderne, une fois ressuscité.

Daniel 7 : 6

… Je vis une autre Bête... «comme un léopard»...

Apocalypse 13 : 2

… Je vis une autre Bête... «comme un léopard»...

Jean décrit l'Antichrist avec les mêmes mots qu'utilise Daniel pour décrire Alexandre.

La description n'est pas seulement ressemblante, elle est identique.

Ce n'est pas une coïncidence puisque Jean cite le chapitre 7 de Daniel au moins 8 fois.

Grand, c'est grand, une corne est une corne, un léopard est un léopard.

 

Divisions

Le texte original de la parole de Dieu ne contient pas de numéros de chapitre ou de versets, ni de divisions de chapitre. Cela fut ajouté beaucoup plus tard, au bon vouloir des traducteurs. Les chapitres 10, 11 & 12 du livre de Daniel ne devraient pas être trois chapitres différents mais plutôt un seul et très long chapitre.

Il y a une continuité de pensée tout au long de ces chapitres. Au chapitre 10, Daniel commence à raconter sa rencontre divine avec le Fils de Dieu «La troisième année de Cyrus, roi de Perse, une chose fut révélée à Daniel»...

Beaucoup supposent de manière erronée que ce personnage est Gabriel mais c’est impossible. Gabriel apparaît bien dans le chapitre précédent (le 9ème), toutefois, cette rencontre n'a pas le même effet sur Daniel que celle qu’il a avec Jésus. Dans les versets qui suivent, Daniel décrit l'apparence du Fils de Dieu, l'effet que sa présence produit sur lui ainsi que la conversation qui s'ensuit où Jésus est l'intervenant principal.

 

Le but de la visitation

Jésus explique à Daniel pourquoi il est venu Lui-même pour délivrer ce message :

Daniel 10 : 14

...je suis venu pour te faire entendre ce qui doit arriver à ton peuple dans les derniers jours, car la vision s'accomplira dans très longtemps (à compter du moment de la révélation).

Il déclare à nouveau, en :

Daniel 10 : 21

…je vais te montrer ce qui est écrit dans l’Écriture de vérité.

Puis, il répète en :

Daniel 11 : 2-4

Maintenant, je vais te faire connaître la vérité… (et il commence à montrer la vérité à Daniel à propos des «derniers jours» tout le long, jusqu'à la fin du livre de Daniel). Voici, il y aura encore trois rois en Perse (il s'agissait de Cambyse, Smerdis et de Darius Hystaspès). Et le quatrième (roi) amassera plus de richesses que tous les autres; (ce roi, c'était Xerxès, aussi connu sous le nom d'Assuérus; voir Esther 1 : 3-11) et quand il sera puissant par ses richesses, il soulèvera tout le monde contre le royaume de Grèce. Mais il s'élèvera un vaillant roi (en Grèce, Alexandre), qui dominera avec une grande puissance, et fera tout ce qu'il voudra. Et lorsqu'il se sera élevé, son royaume se brisera et sera divisé vers les quatre vents des cieux; il n'appartiendra pas à ses descendants, et il ne sera pas aussi puissant qu'il était, car il sera déchiré, et il passera à d'autres qu'à eux.

Cette prophétie s'est accomplie dans ses moindres détails. L'Histoire relate que suite à la mort soudaine d'Alexandre, son royaume fut divisé entre ses quatre généraux. Ptolémée prit l’Égypte (sud), Séleucos prit la Syrie (nord), Lysimaque prit la Turquie (est), et Cassandre prit la Grèce (ouest).

 

L'Histoire écrite à l’avance

Le reste du chapitre 11 parle des successeurs d'Alexandre.

Les versets 5 à 27 révèlent d'étonnantes prophéties qui se sont déjà réalisées dans les moindres détails. Les versets 28 à 45 parlent du futur Antichrist. Les versets 5 à 27 sont en fait une parenthèse historique qui relate ce qui s'est passé entre deux des dynasties qui occupaient une partie du territoire de l'ancien Empire d'Alexandre : «Le roi du sud» (Égypte) et le «roi du nord» (Syrie et ce qui devint la Syrie/Turquie).

 

La seconde venue de l'Antichrist

Vous avez déjà entendu parler de la seconde venue de Jésus. Voyons maintenant ce qui concerne celle d'Alexandre.

En Daniel 11 : 27, la parenthèse historique prend fin avec les prophéties relatives à Antiochus Épiphane, le «roi du nord» extrêmement cruel, profane, anti Dieu, anti Juifs qui est un type, une ombre du futur Antichrist. Puis, à partir de Daniel 11 : 28, jusqu'à la fin du chapitre, il parle à nouveau d'Alexandre.

Daniel 11 : 27-30

Ces deux rois (le roi du nord, Antiochus Épiphane, et le roi du sud, son neveu) chercheront en leur cœur à faire le mal, et à la même table, ils parleront avec fausseté. Mais cela ne réussira pas, car la fin n'arrivera qu'au temps fixé. Après quoi (quand ? Au moment fixé pour la fin, ou ce qu’on appelle les «derniers jours») il s'en retournera(qui est «il»? Le premier roi, ce puissant roi dont il parle au début du chapitre et de qui viennent tous les autres, c'est-à-dire Alexandre).

Du verset 5 au verset 27, Jésus fait référence au «roi du sud» ou au «roi du nord». Mais au verset 28, il y a un brusque changement. Il parle simplement de «il» (qui a régné sur l'entier du territoire, le nord et le sud).

Le verset 27 parle de «ces deux rois», mais le verset suivant ne parle plus que de «il». Reprenons donc ce qui est dit à partir du verset 28 :

Après quoi il s'en retournera dans son pays (c'est sa terre, son pays, et plus seulement le nord ou le sud) avec de grandes richesses, et son cœur sera contre (anti) la sainte alliance, et il fera de grands exploits, puis il retournera dans son pays.

Au temps fixé (pour la fin, voir verset 27) il retournera et viendra contre le sud; mais sa dernière venue ne sera pas comme la première… il s'en retournera, et il sera irrité contre la sainte alliance…il ne restera pas inactif; à son retour, il s’entendra avec ceux qui auront abandonné l'alliance sainte.

Dans ces deux versets (28 & 29), Jésus dit a Daniel (et à nous), à sept reprises, qu'Alexandre va revenir. C'est redondant à l'extrême. Soit Jésus est le plus mauvais écrivain de tous les temps, soit il essaie de nous dire quelque chose, en insistant pour que nous ne passions pas à côté de cette information.

Il nous dit également quatre fois qu'Alexandre sera contre (anti) la sainte alliance. La redondance est presque incroyable.

Voici à nouveau ces deux versets, édités afin de mettre l'emphase sur son retour :

Daniel 11 : 28-29

Après quoi il s'en retournera… puis il retournera… Au temps fixé il retournera et viendra…mais sa dernière venue ne sera pas comme la première… il s'en retournera… à son retour.

Pris dans son contexte, ceci ne peut se référer qu'à Alexandre puisqu'il est le sujet et l’élément central de cette narration. Cela ne peut être personne d'autre.

Il n'y aucune autre interprétation possible.

 

Flot de pensées

Voici le chapitre 11 depuis le début. Je l'ai édité quelque peu pour faciliter la continuité et pour que vous puissiez suivre le flot de pensées :

Maintenant, je vais te faire connaître la vérité… le quatrième roi de Perse… soulèvera tout le monde contre le royaume de Grèce... Mais il s'élèvera un vaillant roi (en Grèce, Alexandre), qui dominera avec une grande puissance, et fera tout ce qu'il voudra. Et lorsqu'il (Alexandre) se sera élevé, son royaume se brisera et sera divisé vers les quatre vents des cieux…

Et le roi du sud (verset 5)...

pour le roi du nord (verset 6)...

du roi du nord (verset 7)...

que le roi du nord (verset 8)...

ainsi le roi du sud (verset 9)...

et le roi du sud avec le roi du nord (verset 11)...

pour le roi du nord (verset 13)...

contre le roi du sud (verset 14)...

ainsi le roi du nord (verset 15)...

contre le roi du sud...

et le roi du sud (verset 15)...

et ces deux rois (verset 27)...

Après quoi il s'en retournera… puis il... retournera… Au temps fixé il retournera et viendra…mais sa dernière venue ne sera pas comme la première… il s'en retournera… à son retour.

Et le roi fera ce qu'il voudra; il s'élèvera, il se glorifiera au-dessus de tous les dieux, et il dira des choses incroyables contre le Dieu des dieux; il prospérera jusqu'à ce que la colère soit passée.

Et il ne se souciera point des dieux de ses pères, et il n'aura point égard à l'objet du désir des femmes (le Messie), il ne se souciera d'aucun Dieu; car il s'élèvera au-dessus de tous (les dieux). Et, à sa place, il honorera le dieu des forteresses: avec de l'or et de l'argent et des pierres précieuses…

Au temps de la fin, le roi du sud (Égypte) se heurtera contre lui. Et le roi du nord (Syrie) fondra sur luiil étendra sa main sur de nombreux pays… il aura sous sa puissance… Il plantera son palais…

Mais il viendra à sa fin, et personne ne lui viendra en aide...

En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef (des anges), le défenseur des enfants de ton peuple (Israël); et ce sera une époque de détresse (Tribulation), telle qu'il n'y en à point eu de semblable… (Daniel 11 : 2-45, 12 : 1).

Considérez ceci : quel autre roi est si important, historiquement et prophétiquement, pour que l'ange Gabriel apparaisse et donne 27 versets au chapitre 8 concernant cet individu ?

Et plus tard, que le Christ, lui-même, vienne personnellement, et donne 45 versets à Daniel dans le chapitre 11, en connexion avec la dynastie politique... menant jusqu'à l'Antichrist ?

 

Seul Alexandre a cette distinction.

Il est donc évident qu'Alexandre est le personnage-clé, autour duquel s’articulent les prophéties relatives à la fin des temps.

Bien sûr, je dis «personnage-clé» au sens négatif du terme.

La figure centrale de toute l'Histoire, et de toute la Bible, que cela concerne les prophéties ou quoi que ce soit d’autre, c'est le Seigneur Jésus-Christ, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs.

 

Ce ne peut être personne d'autre

Certains ont suggéré qu'Antiochus Épiphane pourrait être l'Antichrist. C'est impossible pour de nombreuses raisons :

1. En Daniel 11 : 40, le roi du nord s’attaquera à l'Antichrist. Antiochus était roi du nord. Comment pourrait-il s’attaquer lui-même ? Ça n'a aucun sens.

2. Antiochus n'est pas très connu. Personne ne va s'émerveiller de la résurrection de quelqu'un qu'ils ne connaissent même pas.

3. Antiochus était un roi, mais pas le roi de l'un des 5 Empires.

4. Alexandre est admiré comme le plus grand génie militaire de l'Histoire. Ce qu'il a accompli dépasse tout ce que d'autres conquérants ont fait avant ou après lui. Il était considéré comme invincible. Antiochus, pour sa part, était détesté de tous, a été battu dans de nombreuses batailles, et a fini dans la ruine et l'humiliation la plus totale.

5. La description de l'Antichrist disant qu'il est «comme un léopard» n'a aucun lien avec Antiochus, ou avec qui que ce soit d'autre, hormis Alexandre.

6. Antiochus n'est pas au centre des prophéties de Daniel 8, ou Daniel 11, Alexandre l’est.

7. Alexandre est clairement identifié comme le futur Antichrist, Antiochus ne l'est pas.

8. Antiochus ne satisfait pas à de nombreuses caractéristiques bibliques, comme être la semence du serpent, mêler ses sujets à la semence des hommes, être un génie militaire avec une réputation d'invincibilité (Apocalypse 13 : 4). Antiochus était certainement un type du futur Antichrist, mais pas l'Antichrist lui-même. Il en est bien loin, c'est pourquoi il est décrit comme une «petite corne». Il était effectivement petit.

 

En conclusion :

Lorsque j'ai commencé à étudier l'Antichrist, je n'avais pas la moindre idée qu'il s'agirait d'Alexandre.

Je m'attendais à ce que ce soit quelqu'un qui vive actuellement sur terre, car c'est ce que j'avais entendu d'un ponte de la prophétie après l'autre.

Si cela avait été quelqu'un d'autre, cela n'aurait fait aucune différence pour moi. Je n'avais aucun candidat favori, je cherchais juste la vérité.

Ce que je vous présente est le résultat d'une étude faite sous l'inspiration du Saint-Esprit, fruit de recherches et de révélations libres de tous préjugés religieux ou dénominationnels et dénuées d'agenda religieux ou mondain.

J'ai simplement mis de côté toutes idées préconçues et permis à la parole de Dieu de parler par elle-même.

Pour clore ce chapitre, il me semble adéquat de la laisser s'exprimer :

Daniel 11 : 2-4, 28-32, 36-45; 12 : 1

... En Grèce...il s'élèvera un vaillant roi qui dominera avec une grande puissance, et il fera ce qu'il voudra. Et lorsqu'il se sera élevé, son royaume se brisera et sera divisé vers les quatre vents des cieux... et pas à ses descendants... son royaume sera déchiré, et il passera à d'autres qu'à eux...

Après quoi il s'en retournera dans son pays... puis il retournera dans son propre pays... au temps fixé il retournera et viendra contre le sud mais sa dernière venue ne sera pas comme la première...il s'en retournera… à son retour... il polluera le sanctuaire (Temple) et il mettra un terme au sacrifice quotidien et placera une abomination qui cause la désolation...

Et le roi (plus celui du «nord» ou du «sud» mais simplement le roi) fera ce qu'il voudra. Il s'élèvera, il se glorifiera... contre le Dieu des dieux; Au temps de la fin, le roi du sud se heurtera contre lui. Et le roi du nord fondra sur lui... il étendra sa main sur de nombreux pays... il entrera aussi dans le pays glorieux (Israël)... Il plantera son palais... sur la glorieuse et sainte montagne...

Et en ce temps-là... ce sera une époque de détresse (Tribulation), telle qu'il n'y en à point eu de semblable.

Le Christ de Dieu a montré à Daniel tout ce qui concerne l’Antichrist de Satan.

 


Chapitre 14


 

Résoudre l’énigme

 

 Apocalypse 17 : 10-11

C'est ici qu'est l'intelligence pour quiconque a de la sagesse. Les sept têtes sont (représentent) sept montagnes sur lesquelles la femme est assise. Ce sont aussi sept rois, cinq sont tombés ; l'un est (et règne toujours), et l'autre (le septième) n'est pas encore venu; et quand il sera venu, il faut qu'il demeure (mais) pour peu de temps. Et la bête qui était, et qui n'est plus maintenant, c’est aussi un huitième (roi), elle est des sept, mais elle va à la perdition.

Ceci fut écrit par l'Apôtre Jean aux environs de l'an 96 après Jésus-Christ. Pour pouvoir résoudre cette énigme, le temps et le contexte sont d'une importance capitale.

Jean parle de sept rois. De ces sept, cinq sont «tombés». L'un d'eux existe encore (et règne au moment ou le livre de l'Apocalypse est écrit, soit vers la fin du 1er siècle après Jésus-Christ) et l'autre roi n'est pas encore venu. Lorsqu’il apparaîtra, il régnera très peu de temps.

La puissance qui régnait lorsque Jean a écrit, c’était celle de Rome. Les rois précédents qui étaient «tombés» étaient à la tête des cinq Empires qui ont précédé Rome, c'est-à-dire (dans l'ordre chronologique du plus ancien au plus récent) : 1 - Égypte, 2 - Assyrie, 3 - Babylone, 4 - Perse et 5 - Grèce.

Donc, les rois d’Égypte, d’Assyrie, de Babylone, de Perse et de Grèce étaient «tombés», celui de Rome régnait («est») et «l'autre» (le septième) n'était pas encore apparu. Lorsqu’il apparaîtra, il régnera très peu de temps.

Ce septième roi «qui n'est pas encore apparu» est le futur Antichrist.

Il doit régner très peu de temps, 3 ½ ans, ou 42 mois pour être exact (Daniel 7 : 25; 12 : 7 &  Apocalypse 12 : 14, 13 : 5).

Voici donc la situation au 1er siècle après Jésus-Christ :

 

 

5 «sont tombés»

 

 

1 «existe» (6ème)

 

1 «n'est pas encore venu» (7ème)

 

Égypte

Assyrie

Babylone

Perse

Grèce

 

 

Rome

 

Antichrist

 

La plupart des érudits sont d'accord sur la signification de cette partie de l’Écriture. Mais voici la partie qui les rend vraiment perplexes :

Et la bête qui était, et qui n'est plus maintenant, c’est aussi un huitième (roi), elle est des sept, mais elle va à la perdition.

L’Antichrist était (il avait déjà vécu avant l'an 96 après Jésus-Christ), n'est plus maintenant (il n'était plus en vie au premier siècle après Jésus-Christ lorsque Rome régnait), c’est aussi un huitième (roi), mais il est «des sept».

Le premier indice, c'est qu'il est «des sept». Il n'est pas dit qu'il est l'un des 7, mais simplement «des sept».

C'est tout à fait exact puisqu'Alexandre avait déjà vécu et qu'il est mort avant l’an 96 après Jésus-Christ (il «était»), et qu’il sera également le septième roi, lorsqu’à un moment donné, il remontera de l’abîme

Alexandre «était» roi du cinquième Empire (celui de Grèce) et «sera aussi» le futur Antichrist. Dès lors, il est «des sept». Il est donc à la fois le cinquième et le septième roi.

Cela correspond parfaitement à la description qui est faite en Apocalypse 17 : 8 à propos du «était», «est», et «sera».

 

Mais comment est-il possible qu’il soit aussi un huitième roi ?

Comment l’Antichrist peut-il être le septième roi mais aussi un huitième ?

Il n’y a aucun autre roi après l’Antichrist, hormis Jésus-Christ.

Les Écritures sont très claires à ce propos (Daniel 7 : 23-27; Apocalypse 19 : 20-21; 20 : 1-4).

La réponse ne se trouve pas dans le futur, mais dans un lointain passé.

L’esprit de l’Antichrist est présent depuis bien longtemps. Satan l’a déjà utilisé à deux reprises par le passé. Il s’était même incarné bien avant Alexandre. Lorsqu’il se manifestera à nouveau au travers d’Alexandre ressuscité, ce sera sa troisième et dernière apparition sur la scène mondiale.

Il sera vaincu par le Christ à Armageddon, puis jeté vivant dans le lac de feu pour toute l’éternité (Apocalypse 19 : 20)

Comment es-ce possible ? Comment résoudre cette énigme ? Comment peut-il être le cinquième, le septième et aussi un huitième roi ?

La réponse n’est pas dans le futur car le «futur» appartient à notre Seigneur Jésus-Christ. Pour trouver un «huitième roi», vous devez regarder en arrière, dans un lointain passé, pas dans le futur.

Quel royaume aurait pu précéder les sept royaumes que nous avons évoqués précédemment ? Selon les Écritures, c’est celui de Babel, dirigé par Nimrod (Genèse 10 : 8-10).

Babel, dans le pays de Shinhar (l’Irak d’aujourd’hui), devint Babylone par la suite.

C’est important parce que le chapitre 17 de l’Apocalypse fait référence à la «Babylone mystérieuse, la mère des prostituées et des abominations de la terre».

Toute l’idolâtrie et toutes les fausses religions ont leur origine à Babel, dans le royaume de Nimrod. De là, cela s’est répandu dans le monde entier. L’adoration de Satan est née là-bas.

L’humanité rebelle l’a mise en pratique là-bas, elle le fera à nouveau pendant les 3 ½ ans de la Grande Tribulation.

Ce sera la religion imposée par l’Antichrist et son faux prophète.

Selon Josèphe, c’est Nimrod qui fut l’instigateur de la rébellion contre (anti) Dieu à la tour de Babel. Il s’est même vanté qu’il allait venger la destruction que ses méchants ancêtres subirent lors du déluge. Il voulait une revanche sur Dieu qui avait envoyé ce déluge.

Les gens se rallièrent donc à lui en s’opposant ouvertement à Dieu. Ils s’étaient unis autour d’un objectif commun contre (anti) Dieu, c'est ce qui se reproduira pendant la Tribulation sous le règne de l’Antichrist.

Dieu a confondu leur langage pour contrecarrer leur mission et les disperser sur toute la terre.

Dans les deux livres, celui de Daniel au chapitre 7, et celui de l’Apocalypse au chapitre 13, l’homme dont il est question est décrit «comme un léopard».

Le nom de Nimrod, «namer» en hébreu, signifie «léopard». C'est la solution à cette énigme.

Le seul personnage qui soit appelé «un léopard» dans la Bible, hormis Alexandre, c'est Nimrod.

Son royaume a commencé à Babel, celui d'Alexandre y a pris fin.

Ce personnage, la semence de Satan, s'est déjà manifesté deux fois dans l'Histoire, en tant que Nimrod, puis Alexandre. Il se manifestera à nouveau, pour la dernière fois, en tant qu'Alexandre ressuscité, le futur Antichrist.

L'esprit de l'Antichrist était déjà dans le monde à l'époque de Jean (1 Jean 4 : 3). Cet esprit était même déjà là au jardin d’Éden. L'esprit de Babel (confusion) est l'esprit de l'Antichrist (Dieu/Christ n'est pas l'auteur de la confusion, 1 Corinthiens 14 : 33).

Cet esprit méchant, incarné en Nimrod et en Alexandre, n'est autre que l'esprit de Satan, envieux, vaincu, destructeur, trompeur et assoiffé d'adoration. L'adoration dont Dieu seul est digne.

Pour une courte période (42 mois), Dieu lui permettra de recevoir le genre d'adoration qu'il espère d'une humanité perdue, réprouvée et dégénérée.

Après que le monde eut été dévasté, Jésus-Christ va venir dans les nuées du ciel, il neutralisera l'Antichrist et le jettera avec son faux prophète dans le lac de feu, pour toute l’éternité. Quant à Satan, il sera enchaîné dans l’abîme (l'enfer) pour une durée de mille ans.

 


Chapitre 15


 

L'histoire des 2 léopards

 

L’Antichrist est décrit comme un léopard. Il est dit des léopards qu'ils «ne peuvent pas changer leurs taches». L'esprit de l'Antichrist manifesta donc les mêmes caractéristiques dans les deux hommes.

Il s'incarna premièrement en Nimrod qui fut le premier roi régnant sur l'humanité rebelle.

Genèse 10 : 8-10

Cusch engendra aussi Nimrod; c'est lui qui commença à être puissant sur la terre.Il fut un puissant chasseur devant l'Éternel; c'est pourquoi on dit: Comme Nimrod, puissant chasseur devant l'Éternel. Et le commencement de son royaume fut Babel... au pays de «Shinhar».

Dans la Bible, il n'y a que deux individus qui sont appelés «léopard» : Nimrod et Alexandre. Les deux sont des rois. Le premier commença son règne à Babylone, le second mourut (son règne prit fin) à Babylone.

Voici ce que les prophètes faisaient pour oindre un roi : ils déversaient l'huile d'onction sur lui, afin que cela oigne la tête du roi et coule le long de son corps (1 Samuel 10 : 1, 16 : 1, 13). Ceci était aussi fait au Grand Prêtre (Psaume 133 : 2).

Jésus est notre exemple ultime car il est le Messie, Celui qui est oint. Il a lui-même cité Ésaïe 61 : 1 en disant : «L’Esprit du Seigneur est sur moi (tout autour de moi), parce qu'il m'a oint...» (Luc 4 : 18).

Le nom de Nimrod, «namer» en hébreux a deux significations; une tache (comme lorsque l'on mouille quelque chose) et aussi un léopard (à cause de ses taches).

Ce qui animait Nimrod et Alexandre, et leur permettait d'accomplir de grandes choses, c'était une onction impure et pervertie. Une anti-onction, anti-Messie ou anti-Christ, une force spirituelle qui faisait (et fait encore aujourd'hui) exactement l'opposé du Saint-Esprit.

Ce n'est pas un hasard si le Saint-Esprit a utilisé le même mot en Genèse, concernant Nimrod, qu'en Daniel 7 : 6, à propos d'Alexandre, et encore le même en Apocalypse 13 : 2, pour décrire le futur Antichrist.

Nimrod était le petit-fils de Cham et arrière petit-fils de Noé.

Babel se situe dans la région qui était connue sous le nom de Shinhar, c'est-à-dire l’Irak actuel.

Vous pourriez visiter l'Irak aujourd'hui, s'il n'y avait pas autant de tumultes liés aux récents conflits, et vous y découvririez les anciennes ruines de Babel.

Nimrod était le premier «puissant» sur terre. Il était le premier homme fort ou dictateur. Son royaume, le premier royaume mondial, débuta à Babel où se trouvait son quartier général.

Comme par hasard, Alexandre choisit Babel (Babylone) comme capitale de son Empire mondial, et non Alexandrie, Athènes, Pella, Suse ou Persépolis.

Nimrod était aussi un «puissant chasseur devant L’Éternel».

«Chasser», c’est poursuivre quelqu'un avec l'intention de le capturer, le tuer, le détruire, le dévorer.

Jésus a dit que le diable vient pour «tuer, voler, et détruire». Cela ressemble beaucoup à ce qu'un «chasseur» fait (Jean 10 : 10). Pierre le décrit comme un «lion rugissant, cherchant qui il va dévorer» (1 Pierre 5 : 8).

Dans le texte original, le mot «puissant» est «gibbor», qui signifie puissant guerrier, ou tyran.

Le mot «chasseur» est «tsayid», qui veut dire chasser, et vient de la racine «tsuwd», se tapir dans l'attente (pour attraper un animal ou figurativement, un homme). En d'autres termes, un «tsayid» est un prédateur qui se tapit et attend d'attraper ou de chasser (essayer d’attraper) sa proie.

Le mot «devant» est «paniym» et signifie «la face».

Relisons ce texte en y incluant les informations citées précédemment : Nimrod (cet individu taché, impur et anti-Christ) était un puissant guerrier, un tyran, un chasseur, un prédateur à la face de (tenant tête à) Dieu. Il était courageux, arrogant, défiant, et suffisamment insolent pour être «à la face de (tenir tête à) Dieu».

Nous pouvons dire exactement les mêmes choses à propos d'Alexandre.

Aujourd'hui encore, l'expression «à la face de (tenir tête à)» fait référence à quelqu'un de bruyant, de vaniteux, de courageux, d'arrogant, ou de défiant.

Est-ce que cette description s'applique à quelqu'un que nous connaissons ?

Elle correspond exactement à ce que fait le diable, n'est-ce pas ?

Il accuse nos frères jour et nuit devant (à la face de) Dieu (Apocalypse 12 : 12).

Nimrod, animé par le diable, a libéré son esprit hautain de prédateur, oppressant, anti-Christ et anti-onction au travers de son royaume de Babel, connu aujourd'hui sous le nom de Babylone en Irak.

La civilisation s'étant répandue à partir de ce lieu, le même esprit méchant a étendu son influence dans le monde, prenant même le contrôle de l'ancien Empire romain.

Le livre de la Genèse nous parle de la fameuse histoire de la «tour de Babel» en :

Genèse 11 : 1-4

Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l'orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Shinhar, et ils y habitèrent... Ils se dirent : «bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre».

L'esprit de Babel était très actif et exerçait une forte influence dans cette région. Ces gens étaient rebelles, défiants et voulaient littéralement être «à la face de Dieu». Ils voulaient construire une tour qui monte jusqu'aux cieux.

Ce n'était pas parce qu'ils aimaient Dieu, ou voulaient l'adorer et lui rendre gloire. Leur motivation était très claire : «faisons-nous un nom, afin que nous ne soyons pas dispersés sur la face de toute la terre.»

Cela se produisit peu de temps après le déluge universel de Noé.

Ces gens lançaient un défi à Dieu en disant : «OK, Dieu, tu as récemment détruit tous les hommes méchants qui étaient sur la terre en envoyant le déluge. Nous allons donc construire une tour, assez haute pour atteindre les cieux eux-mêmes, là où tu te trouves. Voyons si tu vas à nouveau utiliser ce moyen là contre nous.

Dans leur ignorance, leur méchanceté et leur aveuglement spirituel, ils se sont dit que Dieu aurait à se noyer Lui-même, avec eux, s'il essayait d'envoyer un nouveau déluge (alors qu'en Genèse 9 : 8-13, Dieu avait déjà établi une alliance avec Noé et même avec les animaux, jurant qu'il ne détruirait plus jamais la terre par le déluge).

Leurs actions étaient aussi une forme d'agression implicite : « Nous arrivons, Dieu, nous en avons après toi ! Nous allons envahir ton territoire. Nous allons renverser ton royaume parce que nous voulons vivre comme nous l'entendons. Nous ne voulons pas répondre de nos actes devant toi, ou te laisser régner sur nous».

De nos jours, nous voyons se manifester de plus en plus fréquemment ce qui les animait à l'époque : «nous avons choisi ce style de vie et nous ne voulons pas que Dieu, ou que qui que ce soit d'autre, nous reprenne à ce sujet. Nous inventerons nos propre dieux, si nécessaire, n'importe qui, mais pas Jésus».

Cette même attitude sera manifeste pendant la Tribulation, comme cela est décrit en Apocalypse 9 : 18-20 & Apocalypse 16 : 9-11, 20. Même après des jugements d'une sévérité inimaginable, l'humanité ne se repentira pas et continuera de défier Dieu comme elle le fit à Babel.

Leur rébellion fut suffisamment importante pour attirer l'attention de Dieu.

Lisons ce qui s'y est passé :

Genèse 11 : 5-9

L’Éternel descendit pour voir la ville et la tour... et l’Éternel dit: voici, ils forment un seul peuple... et c'est là ce qu'ils ont entrepris... maintenant rien ne les empêcherait de faire tout ce qu'ils auraient projeté... descendons, et là, confondons leur langage, afin qu'ils n'entendent plus la langue, les uns des autres. Et l'Éternel les dispersa loin de là sur la face de toute la terre; et ils cessèrent de bâtir la ville. C'est pourquoi on l'appela du nom de Babel, car c'est là que l’Éternel confondit le langage de toute la terre...

Historiens et archéologues nous disent que la tour de Babel était une très haute plate-forme, au sommet de laquelle fut érigée un temple consacré au dieu Marduk, qui était considéré comme le «dieu» principal sur terre.

Des statues de Marduk ont été découvertes dans certaines ruines. Il était représenté par un grand dragon ou serpent à deux cornes.

En plus d'être un symbole d’insurrection et d'insubordination, la tour était aussi un symbole d’idolâtrie, un temple construit en l’honneur d’un faux dieu, d’une divinité païenne. «Nous ne voulons pas un dieu comme toi, Dieu des cieux. Nous n’obéirons pas à tes lois. N'importe qui mais pas toi ! Nous préférons que ce serpent à deux cornes soit notre dieu».

N'est-ce pas étonnant de voir comment l'Histoire se répète ? Ce «dieu» qu'ils appelaient Marduk n'est autre que :

Apocalypse 12 : 9

…le dragon... le serpent ancien, qui est le diable et Satan.

Ainsi, ces gens corrompus étaient en train d'adorer le diable lui-même.

A nouveau, le parallèle entre cette histoire et la période future de Tribulation ne fait aucun doute.

Nous lisons ce que feront ceux qui vont rester sur terre pendant la Tribulation, en :

Apocalypse 13 : 4

...et ils adorèrent le dragon (Satan) qui donne son pouvoir à la Bête (l'Antichrist), et ils adorèrent la Bête (l'Antichrist) en disant : - qui est semblable à la Bête ? Qui est capable de lui faire la guerre ?

Les gens seront tellement convaincus que Satan et son Antichrist réussiront à renverser l’autorité de Dieu, et l’empêcheront d’établir son Royaume sur la terre, qu’ils se réuniront pour le combattre ensemble à Armageddon (Apocalypse 16 : 14).

Ce qui restera de l'humanité sera si endurci et si opposé à Christ (ils seront eux-mêmes «anti-Christ»), qu'ils auront le chef qu'ils souhaitent et qu'ils méritent.

L'esprit de l'Antichrist s'est d'abord incarné en Nimrod, à propos duquel nous n'avons que peu d'informations. Nous connaissons bien plus de choses sur sa seconde manifestation, en tant qu’Alexandre, l'autre «léopard».

Je réalise que tout ceci semble incroyable, mais la période de Tribulation qui suivra la disparition de millions de personnes sera sans précédent. Les phénomènes spirituels qui se produiront alors défieront l’entendement.

Voici les parallèles entre Nimrod et Alexandre :

1. Les deux étaient des rois puissants.

 

2. Les deux unirent le monde en un seul royaume.

 

3. Le royaume de Nimrod commença à Babel, celui d'Alexandre y prit fin.

 

4. Après la destruction de Babylone, prophétisée dans la parole de Dieu, Alexandre élabora des plans pour la reconstruire à l'image de sa gloire passée (comme elle était au temps de Nimrod). Les plans incluaient la reconstruction de la fameuse tour, symbole de la rébellion contre Dieu. Ses plans furent anéantis par sa mort soudaine.

 

5. Les deux choisirent Babylone comme capitale mondiale.

 

6. Les deux disaient avoir des origines mélangées. Nimrod prétendait être à 2/3 dieu et à 1/3 humain. Alexandre prétendait être la semence de Zeus. Ce dernier avait, sous la forme d'un serpent, fécondé sa mère Olympias.

 

7. Les deux prétendaient être des dieux.

 

8. Les deux avaient des mères méchantes et dominatrices : Sémiramis et Olympias.

 

9. Les deux jouissaient d'un pouvoir absolu.

 

10. Les deux étaient des tyrans.

 

11. Les deux exigeaient d'être adorés.

 

12. A l'époque de Nimrod, il y avait une seule langue sur la terre. Alexandre chercha à instaurer une langue universelle, (le grec) dans le monde entier. A nouveau, il essaya de défaire ce que Dieu avait accompli, c'est-à-dire de confondre et de diviser le langage des hommes.

 

13. Nimrod adorait Satan, Alexandre fera de même. Nimrod adorait un serpent (dragon) à deux cornes appelé Marduk. Apocalypse 13 : 4 annonce clairement que pendant le règne d'Alexandre (l'Antichrist), Satan sera adoré. Alexandre est connu dans le monde islamique en tant que Dhul Qarnayim ou «celui qui a deux cornes» et même son faux prophète est décrit comme ayant «deux cornes».

 

14. Ils sont les seuls rois de l'Histoire à avoir défié Dieu directement et à avoir essayé de renverser son Royaume.

 

15. Les deux sont morts à Babylone.

 

16. Le royaume de Nimrod fut le premier royaume de Gentils qui s'éleva en opposition au Royaume de Dieu, celui d'Alexandre sera le dernier.

 

L'esprit de l'Antichrist a déjà régné sur le monde à deux reprises au travers de ces deux hommes décrits comme des léopards, Nimrod et Alexandre. Il régnera sur le monde entier pour la troisième et dernière fois.

Il s'incarnera dans un homme, Alexandre ressuscité, pour la troisième et dernière fois. 6 représente le «nombre de l'homme», 6 pour Nimrod, 6 pour Alexandre, 6 pour Alexandre ressuscité (Antichrist), son nombre sera 666.

Comme il sait qu'il s'agit de son dernier règne sur terre et qu'il dispose de «peu de temps» (42 mois, ou 3 ½ ans), il manifestera sa fureur sans retenue.

De même, la colère de Dieu s’abattra sur la Semence de Satan ainsi que sur l'humanité rebelle et impénitente.

C'est pourquoi la Bible appelle cette période de souffrance sans précédent : la «Grande Tribulation».

Elle sera caractérisée par le surnaturel et par des jugements d'une magnitude jamais vue jusqu'alors.

 


Chapitre 16


 

L’homme de péché

 

En 2 Thessaloniciens 2 : 8, la Bible nous dit que l'homme de péché sera consumé par le souffle (l'Esprit) de la bouche de Jésus et par l'éclat de son avènement.

En Apocalypse 19 : 20, la Bible nous dit que l'Antichrist et le faux prophète ne sont pas consumés du tout mais sont capturés et jetés vivants dans le lac de feu.

S'agirait-il d'une contradiction ? Pas du tout, Dieu ne se contredit jamais.

L'homme de péché n'est pas seulement l'Antichrist.

Il se manifestera physiquement en la personne de l'Antichrist mais il y a un autre homme de péché auquel nous avons tous à faire.

Cet homme de péché, c'est le vieil homme, le premier Adam, qui est devenu mortel à cause du péché, puis a transmis cette corruption de génération en génération à une humanité déchue et pécheresse.

Le premier Temple que Dieu a eu sur terre, c'était l'homme lui-même.

Les anciens Temples israélites étaient anthropomorphiques. Le parvis représentait les hanches, les jambes et les pieds. Le lieu saint représentait le torse. Le Saint des Saints représentait la tête de l’homme.

Dans le Saint des Saints se trouvait l’Arche de l’Alliance. Le sommet de l’Arche, appelé «siège de la Miséricorde» était le Trône de Dieu sur la terre. C’était la place qu’occupait la Présence manifeste de Dieu ou Shekinah.

Il en était de même avant que l’homme tombe dans le péché.

La Gloire de Dieu demeurait dans la «tête» de l’homme. Sa Présence occupait le trône de ses pensées, à l’image du siège de la Miséricorde, et de là, elle rayonnait dans tout le Temple (corps) humain.

C’est pourquoi l’homme dominait complètement sur la création de Dieu. Dieu était «littéralement» dans la «tête de l’homme», régnant sur la terre au travers de l’homme qu’il avait formé.

La Présence manifeste de Dieu, sa Gloire, utilisait les circuits complexes du cerveau humain à leur pleine capacité. Sa Sagesse était à la disposition de l’homme. Sa Lumière émanait de là et enveloppait entièrement le Temple du corps humain, le rendant immortel.

Quand l’homme a péché, le Temple de Dieu a été profané et souillé. L’homme a échangé l’image du Dieu incorruptible qu’il avait en lui pour une image de mort et de corruption plantée par Satan (Romains 1 : 23).

Depuis que l’Homme (mâle et femelle) a choisi d’obéir à Satan plutôt qu’à Dieu, il a remplacé l’image de Dieu qui était en lui au profit d’une image corrompue venant d’un être corrompu. Ce qu’il a alors obtenu en retour, c’est : la corruption.

Cette image idolâtre, cette psyché rebelle et contaminée, ce premier antichrist, qui est l’ennemi (anti) de Dieu et qui est incapable de garder Ses Commandements (Romains 8 : 7), celui-ci se cache à l’intérieur de la «tête» de l’homme, au plus profond de l’esprit humain, plus particulièrement dans ce que nous appelons l’«inconscient».

C’est cette image corrompue, cette idole, cette abomination cachée, dont la plupart des gens ne sont même pas conscients, c’est à elle que la Bible se réfère lorsqu’elle parle du «mystère (secret) de l’iniquité».

C’est ce qui provoque la tendance naturelle de l’homme à pécher.

La première abomination qui cause la désolation n’a pas pris place dans le Temple juif, mais dans le Temple humain.

Ce «mystère», ce secret, est sur le point d’être révélé.

L’homme de péché doit d’abord être révélé avant d’être consumé.

C’est l’image antichrist en nous qui est responsable de tous les maux de ce monde.

C’est l’image corrompue qui est en nous, dans notre esprit, qui doit être consumée par l’Esprit du Dieu Vivant.

C’est cette image qui doit être purgée de notre être par l’éclat (la manifestation) de la venue de Christ.

C’est ce que Paul veut dire en :

1 Corinthiens 15 : 53

…car il faut que ce corruptible revête l'incorruptibilité, et que ce mortel revête l'immortalité.

Pour que cette transformation se produise, l’image du Dieu immortel doit être à nouveau placée dans notre «tête» (esprit), dans le centre de contrôle qui est Sa place légitime.

Satan a pu faire le mal pendant des millénaires à cause de l’ignorance de l’homme au sujet de la semence corrompue qui est plantée dans son esprit.

Même les chrétiens, qui aiment le Seigneur et veulent lui être agréable, finissent par dire, comme Paul :

Romains 7 : 24

Misérable homme que je suis, qui me délivrera du corps de cette mort ?

Ils en arrivent à faire des choses qu’ils ne veulent pas faire parce qu’ils sont irrésistiblement attirés à elles par l’image de l’antichrist qui est intégrée à leur esprit.

Il est bon et utile de savoir qui sera le futur Antichrist, mais c’est l’antichrist actuel qui doit être détruit premièrement.

Le futur Antichrist ne pourra pas se manifester tant que le présent antichrist n’aura pas été écarté (2 Thessaloniciens 2 : 7). Notre antichrist personnel doit d’abord être consumé pour que notre Christ personnel puisse être révélé.

Par conséquent, comme cela s’est passé dans le Temple de Jérusalem, il y a environ 2'175 ans, le Temple humain, individuellement et collectivement (l’Église), doit être purifié, restauré, renouvelé et consacré à nouveau au Seigneur.

La bonne nouvelle, c’est que Jésus a aussi pourvu à cela.

Quand Il apparaîtra lors de l’Enlèvement des croyants, Il détruira l’image corrompue qui est en nous et la remplacera par Son Image Incorruptible, celle de l’Homme Parfait, à la mesure de la stature et de la plénitude de Christ.

L’Église doit être consciente de cela. Elle doit désirer avec ferveur que cette Image du Dieu Immortel soit pleinement restaurée en elle.

Cette Église sera transformée de mortelle à immortelle lors de l’Enlèvement des croyants, et elle disparaîtra de ce monde.

Les gens qui resteront sont ceux qui ont un esprit dépravé et imprégné par l’image de l’Antichrist.

Quand l’Antichrist se manifestera sous forme humaine par la résurrection d’Alexandre, il sera en quelque sorte la manifestation de leur conscience collective, dépravée et antichrétienne. Dieu ne fera que leur donner ce qu’ils veulent.

 


Chapitre 17


 

Pas si grand que ça

 

Quand Alexandre est parti à la conquête de l'Empire Perse, il a peut-être eu de la facilité à vaincre Darius. Mais il n'aura pas autant de chance contre Jésus.

Jésus n'est pas un Darius, il est Dieu. Il est Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Le manteau d'invincibilité d'Alexandre disparaîtra bientôt pour toujours.

Si l'on met de côté la fureur et la sauvagerie d’Alexandre, il est difficile de ne pas l’apprécier à certains égards. En lisant ce qu'a été sa vie, ce qu'il a accompli, sa grandeur, je ne peux m'empêcher d'avoir une certaine admiration pour l'homme qu'il était, et j'aurais presque espéré qu’il ne soit pas l'Antichrist.

Si je n’avais pas su qu'il deviendra le futur Antichrist, qui va s'opposer à Jésus et exiger l'adoration de sa personne et celle de Satan, son père, je serais certainement devenu l'un de ses admirateurs.

Il était très brave, certains diraient même «sans peur». Ce qu'il a accompli au niveau militaire et culturel fut héroïque et bénéfique à certains niveaux.

Il était impitoyable mais savait aussi désarmer ses ennemis et ses critiques par un geste noble. Il était aussi charmant et spirituel.

Il était un visionnaire. Il s’efforçait d’atteindre l'excellence et la grandeur. Son objectif d'unifier le monde pour qu'il vive en paix semblait honorable, du moins en surface.

Sa réputation et sa puissance, toutes les richesses qu'il a amassée, son invincibilité légendaire, tout cela prendra fin (très bientôt) lorsqu'il sera condamné à la défaite et aux tourments éternels.

La leçon qu'Alexandre va recevoir ne devrait pas être perdue pour tout le monde, du moins pas pour notre génération.

Que vous sembliez invincible, capable de conquérir tout ce qui se trouve sur votre chemin jusqu'à gagner le monde lui-même, que vous jouissiez de la célébrité, de la richesse, et de tout ce que ce monde décadent peut vous offrir… en fin de compte, si le Christ n'habite pas dans votre cœur, toutes ces choses vous laisseront vide, insatisfait et vaincu.

Vivre sans le Christ en vous, vous mènera, comme Alexandre, dans les flammes éternelles du lac de feu.

Ces paroles de Jésus s'appliquent à Alexandre mieux qu'à quiconque :

Marc 8 : 36

Que sert-il à un homme de gagner le monde entier, s'il perd son âme ?

 


Chapitre 18


 

Par leurs fruits

 

Êtes-vous un fils de Dieu ou un fils de Satan ?

Si vous êtes un fils de Dieu, vous le savez sans l'ombre d'un doute. Si vous en doutez, faites la paix avec Dieu pendant qu'il est encore temps…

Pourriez-vous être un fils (ou une fille) de Satan, sans même le savoir ?

Absolument :

Si vous aimez les ténèbres, plus que la lumière, vous êtes un fils de Satan.

Si vous aimez le mensonge, plus que la vérité, vous êtes un fils de Satan.

Si vous aimez le monde et ses plaisirs, plus que Dieu,  vous êtes un fils de Satan.

Si vous haïssez les Juifs, vous êtes un fils de Satan.

Si vous haïssez les chrétiens, vous êtes un fils de Satan.

Si vous haïssez Jésus-Christ et ce qu'il représente, vous êtes un fils de Satan.

Si vous haïssez la sainte Parole de Dieu, la Bible, vous êtes un fils de Satan.

Si Jésus-Christ ne vit pas dans votre cœur, même si vous vous considérez comme quelqu'un de «bien», vous êtes un fils de Satan.

Toute semence germe et porte du fruit. Quelle que soit la semence qui est en vous, elle se manifestera et se reproduira dans votre vie.

Jésus a dit : «vous les reconnaîtrez à leur fruit».

La semence de Satan est-elle en vous, comme l'Antichrist ou est-ce celle de Dieu, le Christ ?

Quel est le fruit que produit votre vie ? Es-ce un fruit de justice, ou un fruit corrompu et diabolique ?

Le fruit de l'Esprit (de Christ) est l'amour, la joie, la paix, la persévérance, la gentillesse, la bonté, la foi, la douceur, et la maîtrise de soi (Galates 5 : 19-25).

Vous pouvez être le Temple du Vainqueur ou du vaincu.

C'est votre choix d'être un fils de Dieu (le Vainqueur) ou un fils de Satan (le vaincu).

Si vous voulez être un fils de Satan, n'importe quel chemin vous y mènera. Si vous voulez devenir un fils de Dieu et passer l'éternité avec Lui, il vous suffit d'inviter Jésus dans votre cœur et l'accepter comme votre Sauveur et Seigneur.

Si vous voulez devenir un fils ou une fille de Dieu, dites simplement ceci à Jésus avec un cœur sincère :

«Seigneur Jésus, viens dans mon cœur. Viens vivre en moi. Je crois que tu es mort pour mes péchés et que tu es ressuscité d'entre les morts. Je te reçois aujourd'hui comme Sauveur et Seigneur. Je te donne mon cœur et ma vie».

 

Le témoignage de Jésus est l'Esprit de prophétie (Apocalypse 19 : 10)